mercredi 9 février 2011

Égalité homme-femme : une commission à sens unique

Sans doute avez-vous suivi avec fébrilité les pérégrinations de la Consultation sur le deuxième plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les hommes et les femmes ?  Non  ?  Pas étonnant.  En fait, les médias ont davantage couvert la commission parlementaire sur le lock-out du Journal de Montréal.  Pourtant, cette dernière ne touche qu’une catégorie d’employés syndiqués de Quebecor tandis que la consultation concerne la totalité de la population québécoise.  Il est vrai qu’une approche féministe des rapports homme-femme a tout pour susciter une irrépressible envie de changer de poste, ou de sauter à l’article suivant. 

À dire vrai, le problème, pour ce qui est de l’intérêt citoyen, est là, tandis que la lassitude suscitée par une approche victimaire et misérabiliste de la condition féminine détourne l’attention d’enjeux qui nous touchent tous, mais différemment, selon le sexe.  Il ne faut pas s’illusionner : cette pseudo consultation sur l’égalité homme femme ne vise en fait que l’amélioration des conditions de vie des femmes et, loin de représenter une reconnaissance de la condition masculine, enferme davantage les hommes dans les mêmes problématiques que sont le décrochage scolaire des garçons, l’absence de soutien en santé et en services sociaux et l’hyperjudiciarisation des divorces et des séparations où l’homme n’a que le droit de se taire et de payer, pour ne mentionner que ces problématiques.

L'inénarrable Christine St-Pierre
Comment être surpris, puisque la politique gouvernementale relève intégralement du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, dont la ministre, Christine St-Pierre, n’a jamais brillé ni par l’envergure d’esprit, ni par les valeurs humanistes.  Pendant la consultation où cette dernière, flanquée notamment de Christiane Pelchat, présidente du Conseil du statut de la femme (CSF), et de Louise Beaudoin, du parti québécois, a affiché des prises de position idéologiques du siècle dernier, Lise Bilodeau, présidente fondatrice de l’Association des nouvelles conjointes et des nouveaux conjoints du Québec (ANCQ), a mis de l’avant des points de vue alternatifs, novateurs, nettement plus en phase avec le 21e siècle. 

L’État dans l’État

Dans son mémoire présenté en commission, l’ANCQ dénonce le fait que l’on agit uniquement pour la reconnaissance des femmes dans les emplois traditionnellement masculins tandis que rien n’est fait pour les hommes dans les créneaux où les femmes sont majoritaires, notamment la Santé et l’Éducation. L’association relève qu’on a même abaissé les exigences en faveur des femmes dans l’armée et les corps policiers afin de favoriser leur inclusion.

Les garçons, à nouveau exclus
Soulignons que la baisse de représentativité des enseignants masculins n’a ému personne en commission, ce qui n’aidera pas les garçons, encore une fois exclus du plan d’action, à se trouver des modèles constructifs, ni à se sentir à l’aise dans un contexte d’apprentissage aménagé pour leurs consœurs.  Les femmes représentant désormais 60 % des inscriptions universitaires, leurs chances d’obtenir un revenu supérieur aux hommes augmentent en conséquence.  Peu de gens savent par ailleurs que la gent féminine représente 60 % des effectifs réguliers de la fonction publique, résultat d’une politique de discrimination « positive » toujours en vigueur, bien que la parité soit, non seulement atteinte, mais excédée.  En fait, les femmes dépassent les 60 % dans neuf ministères, dont le ministère de la Justice, avec 75,2 %, et Emploi et Solidarité sociale, avec 73,9 %. 

Non seulement affiche-t-on comme critère d’embauche, dans ce secteur d’emploi : « être femme », mais encore mieux (si l’on peut dire) : « adhérer aux principes d’intervention féministe ».  Après avoir séparé le catholicisme de l’État, lui a-t-on substitué le féminisme en tant que croyance dominante ?  D’après l’ampleur de son rayonnement, il est clair que ce mouvement, maintenant Lobby, est devenu un État dans l’État.

Christiane Pelchat, présidente du CSF
L’ANCQ dénonce par ailleurs les comparatifs biaisés entre le revenus respectifs des hommes et des femmes.  Ces dernières travaillent plus souvent à temps partiel tandis que les hommes, premières victimes des accidents de travail, choisissent en plus grand nombre des emplois à risque, tels que monteur de ligne, pompier, travailleur en usine, dont on peut aisément admettre qu’ils soient mieux rémunérés. 

À cela, on pourrait ajouter que, malgré des programmes favorisant les filles tel que Chapeau les filles ou Excel Sciences, les politiques de discrimination « positive » en milieu universitaire et les bourses privilégiées (tandis que rien de tout cela n’existe pour les gars, réputés en difficulté), les étudiantes boudent toujours des domaines plus rémunérateurs. Elles restent en effet sous représentées en sciences pures et appliquées, en mathématiques, en informatique (où elles ont même régressé), en ingénierie et en plusieurs autres disciplines où les hommes demeurent nettement majoritaires, sans qu’aucun programme de discrimination « positive » n’y soit pour quelque chose.  Chapeau, les gars !

Les comparaisons des revenus entre les hommes et les femmes ne tiennent pas davantage compte des femmes au foyer, de celles qui touchent une pension à vie d’un ex-conjoint, deux réalités infiniment plus rares du côté masculin…

Condition masculine, c’est quoi, ça ?

Alors que les besoins des femmes en santé et en services sociaux restent onze fois plus financés que ceux des hommes, la présidente du CSF, Mme Pelchat, devait claironner en commission qu’il était hors de question de dépenser davantage pour les hommes.  Au contraire, le plan d’action gouvernemental met de l’avant la « nécessité » d’approches en santé adaptées aux spécificités des femmes.  Sont-elles donc d’une fragilité à toute épreuve ?

Cachez vite cette violence...
Le gouvernement maintient, malgré une pléthore d’études gouvernementales crédibles, une approche vermoulue en violence conjugale de type femme victime, homme bourreau, perpétuant ainsi un stéréotype biodégradable et niant la nécessité de soutenir les hommes victimes de violence et leurs enfants.  Déjà sur financées et sous fréquentées, les maisons d’hébergement pourraient voir leur situation encore bonifiée, sans qu’aucune ressource similaire ne soit prévue pour les hommes.  Le problème des plaintes non fondées,  malgré des statistiques gouvernementales éloquentes, n’a pas non plus fait sourciller qui que ce soit à cette commission.

La théorie du complot patriarcal, qui berce plus d’un rêve victimaire féministe, a connu une nouvelle heure de gloire avec le trop connu lamento sur la faible participation des femmes aux instances décisionnelles.   Question de l’ANCQ: la politique intéresse-t-elle autant les femmes que les hommes ?  Il serait à peu près temps de leur demander…

Louise Beaudouin, du PQ
L’approche résolument partiale, biaisée, du ministère de la Condition féminine et du CSF trahit non seulement leur vacuité, mais également leur mépris pour la gent masculine québécoise.  Un ratage aussi manifeste révèle la nécessité impérieuse d’une redéfinition des réalités homme femme au 21e siècle, quitte à réformer ou à abolir les instances vétustes qui freinent la reconnaissance sociétale de hommes et compromettent leurs aspirations légitimes.

Mémoire de L’ANCQ

2 commentaires:

Anonyme a dit…

J'avais lu à gauche et à droite quelques commentaires au sujet de cette commission. Je trouve que vos textes résumes bien les sentiments ressentis par les autres également. Je suis tellement pour l'équilibre, je trouve vraiment dommage que ces *représentants* de la commission n'ont pas la même approche.
Salutations, Danny R.

Olivier Kaestlé a dit…

...ou devrions-nous dire : ces représentantes. En effet, le peu de couverture médiatique de cette activité pourtant déterminante pour notre devenir collectif favorise une pensée unique, sectaire et idéologiquement biaisée. Je suis persuadé que, si le public était davantage au fait de ces déviances, nos féministes étatiques se tiendraient davantage à carreau. Une réelle démarche égalitaire pourrait en résulter. Mais les médias ne font pas suffisamment le travail d'information et de sensibilisation qui devrait être le leur.