dimanche 8 juin 2014

Quand le hijab devient bâillon...

Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, c'est tant à titre personnel que dans une perspective collectiviste que je prendrai la plume afin de commenter une saga qui se poursuit dans la plus grande indifférence médiatique malgré les enjeux fondamentaux qu'elle représente pour la sauvegarde de notre vie démocratique et de notre liberté d'expression.  

Louise Mailloux, attaquée.
Je veux parler de la poursuite bâillon « en diffamation » de 120 000 $ intentée par la militante islamique Dalila Awada contre Louise Mailloux, militante laïque, contre Philippe Magnan, qui opère le site Poste de veille, et contre Vigile.net, qui a diffusé quatre textes d'opinion que Mme Awada a décrété diffamatoires.  

Je ne suis pas visé personnellement par la poursuite, mais je reste néanmoins l'auteur de deux des quatre textes « diffamatoires » publiés dans Vigile.net, soit « Féminisme » islamique : quand le masque tombe, le hijab reste, déjà paru dans le Huffington Post, et Les islamistes félicitent déjà Couillard..., qui annonçait la débandade du PQ aux dernières élections.  J'endosse toujours chaque syllabe de ces textes.

J'ajoute que j'aurais pris position de toute manière sur la question brûlante de la poursuite, mais que je le fais aujourd'hui d'autant plus intensément que c'est également mon droit de citoyen de m'exprimer sur un sujet controversé qui se trouve remis en cause par elle.  Comment expliquer l'attitude de Dalila Awada autrement que par la thèse d'une agression victimaire, mais implacable, visant à museler quiconque remet en cause la légitimité de ses motivations à contester la charte et, surtout, à faire la promotion du hijab, instrument d'oppression des femmes dans les pays écrasés par l'islam politique ?

Que ça choque sa délicate sensibilité ou pas, on emprisonne, torture, mutile et tue des femmes qui refusent de porter cet oripeau.  Quand on affiche une position aussi déconnectée et dénuée de solidarité envers des femmes opprimées, il est inévitable de se voir accuser, à tort ou à raison, d'entretenir des sympathies pour le moins contestables envers des éléments parmi les moins recommandables de notre société.   Quand a-t-on vu, par ailleurs, des musulmans affranchis de l'usage arriéré du voile islamique infliger des sévices aussi abjects et infamants aux femmes qui, comme la militante de Québec solidaire, prétendent le porter par choix personnel ?

Quand on n'a pas d'arguments...

La violence, qu'elle soit physique ou morale et économique, par l'agression judiciaire visant à faire taire des adversaires en les ruinant financièrement, reste l'arme de gens qui n'ont pas d'arguments à faire valoir contre eux.  Comment expliquer qu'une femme disposant d'une tribune publique et invitée par tous les médias ne trouve pas en elle les ressources de contester les arguments de Mme Mailloux ou de M Magnan ?  Dans une société démocratique et civilisée, c'est ainsi qu'on défend ses positions ou sa réputation.  Quand on se sent légitimé par ses convictions, bien sûr.

Le bâillon, compatible avec la démocratie ?
Si les arguments de ces deux porte-parole sont si faibles et contestables, pourquoi ne pas leur river leur clou publiquement ?  L'opprobre qu'ils s'attireraient pour avoir parlé à travers leur chapeau les discréditerait pour longtemps et le tour serait joué.  Mais est-ce seulement possible ?  Leurs prétentions sont-elles si infondées et diffamatoires que la musulmane le prétend ?

Loin de calmer le jeu en sa faveur, Mme Awada accréditera par son geste insensé la thèse voulant qu'elle soit téléguidée par une mouvance fanatisée et ce, qu'elle le soit ou pas.  Cette perception pourrait se voir renforcée par l'étonnement de voir une simple étudiante en sociologie de l'UQÀM en mesure de se payer les services de l'onéreuse Anne-France Goldwater.  Cette dernière a bien prétendu que sa cliente bénéficierait d'un tarif préférentiel, mais qui a confiance en la parole des avocats ?

Aucun média n'a risqué de sondage sur la pertinence d'une telle poursuite.  Dommage.  Il existe pourtant un site, The Muslim News, qui prétend lutter contre « l'islamophobie », qui a tenté l'aventure.  C'est bien pour dire...  Ce média social a posé cette question : Dalila a-t-elle raison de poursuivre ?  79 % de répondants ont répondu simplement : non.  Clair, non ? 

Par delà Awada...

Si notre Justice devait s'abaisser à donner raison à Dalila Awada, elle ouvrirait une brèche déplorable qui scellerait pour longtemps notre droit légitime à débattre d'enjeux sociaux aussi incontournables que sensibles.  Le chantage victimaire musèlerait alors notre droit de parole et les agresseurs victimes de toutes déviances idéologiques contrôleraient le débat populaire avec la complicité de nos institutions démocratiques.  Quel paradoxe ce serait alors de nous voir imposer le bâillon au nom d'une société juste et tolérante !

À ce stade, déterminer si Dalila Awada est partisane de l'islam radical ou pas n'importe plus.  Les enjeux vont bien au-delà de sa petite personne.  Il est évident que les ténors de cette mouvance rétrograde, comme tout autres extrémistes, récupèreraient à leurs fins prosélytes un verdict favorable aux prétentions de la femme voilée.  C'est cette dérive délétère qui doit être à tout prix évitée.  

Des enjeux dépassent la petite personne d'Awada.
 Sitôt la poursuite entreprise, la riposte s'est organisée et la mobilisation citoyenne bat son plein.  Louise Mailloux, la société des amis de Vigile et Philippe Magnan, épaulé par l'éditeur Daniel Laprès, ont entrepris de tenir tête à la militante islamique.  Il n'est pas jusqu'au parti québécois qui vient de sauter dans l'arène pour soutenir inconditionnellement sa candidate défaite dans Gouin.  

La poursuite de Dalila Awada, peu importe les motivations de cette dernière, n'aura été que l'élément déclencheur d'une manipulation odieuse, qui va bien au-delà de la susceptibilité exacerbée d'une gamine inexpérimentée incapable de vivre avec les conséquences de ses positions.  

Ce serait un comble si notre société civile et civilisée permettait à des groupes d'individus aux valeurs arriérées et déshumanisées de la museler en raison de la démesure même de sa propre tolérance.

15 commentaires:

Diane Leclerc Hébert a dit…

Un jour on m'a dit vous les Québécois, quand vous avez un diamant vous le mettez en sécurité ex; coffre fort. Et bien nous c'est pareil pour nos femmes. Et moi de lui répondre, non et bien non, nous quand on a la chance d'avoir un diamant, on le montre, on en est fiere, on veut que tous connaisse sa pureté, sa luminosité, sa valeur. Quelle chance d'avoir un diamant qui est notre. Et vous que faites vous

Rachel Pineau a dit…

«nos femmes» remarquez le possessif qui permet de dériver vers l'ordre de leur dire à «leurs femmes» commen s'habiller et se comprter en public.

Elles ne s'appartienne pas ces femmes, elles sont à «eux».

Rachel Pineau a dit…

Désolée pour les fautes, c'est la première fois que je fais un commentaire sur ce site, la prochaine fois je cliquerai sur aperçu avant de publier.

comment
comporter
s'appartiennent

Anonyme a dit…

Il y a beaucoup de poursuites bâillon par les temps qui courent... Mme Benhabib, le journal "Les immigrants de la Capitale", Mme Mailloux, M. Magnan, Vigile.net, M. Harper et j'en passe probablement. Ce n'est pas pour rien qu'on veut empêcher ces personnes de parler, ils commencent à réveiller les autres et ça dérange!! Si la justice ne punit pas ces poursuites, c'est le peuple québécois qui sera muselé et ce dans son propre pays. Alors ce sera toujours une justice faite sur mesure pour les immigrants dans notre belle charte des droits et libertés.

Pierre a dit…

Un bon dicton québécois dit "Si tu donne à manger à un cochon,il va venir chier sur ton perron"
Les musulmans sont les seul a nous critiquer constamment de cette facon.
De la visite qui me visiterai et qui me critiquerai comme ca, je mettrai ca dehors à coup de pied au cul!

Pierre a dit…

Tu as fait un excellent article encore une fois Olivier!

Anonyme a dit…

En réponse à Diane Leclerc Hébert
Je suis désolée mais nous nos diamants nous les portons au vue de tout le monde soit en bague en boucle d'oreille ou en pendentif pour les montrer à tous. Et ce n'est pas en cachant vos femmes sous des tas de draps que vous protégerez vos femmes la solution serait de civiliser vos hommes et vos femmes pourraient se promener librement.

Anonyme a dit…

Je suis très d'accord avec le dernier commentaire Diane franchement si on achète un diamant comme bague a notre blonde ou femme ou des boucle d'oreille qui on des beau diamant c'est pour qu'elle les porte! Non pas pour mettre dans notre coffre fort. C'est nos papier important, passeport, certificat de naissance des membre de notre famille, argent(dans certain cas) mais surtout pas des gros diamant comme tu parle! Tant qu'a dire des connerie ne commentent donc pas! Cet article est très bon! Merci de votre franchise Mr. Olivier Kaestlé! C'est grace a votre opinion que nous les Québecois ont ne se sent pas seul dans se débat!

Anonyme a dit…


Elle fait cela pour le cash
Et malheureusement elle a d excellente chance de gagner.
Dans nos société marxiste culturel (supremaciste-feministe et multiculturaliste anti-blanc) dont les tribunaux sont fortement contaminer. Elle est la *victime* ideale! Tout dependra du juge sur qui ils tomberont.

Quand a la liberté d expression...ca fait longtemps qu elle existe pas vraiment au Canada et au Québec. Certain groupe puissant sont exclut de tout critiques sauf sur de petit blog peu lu, et meme encore... Le féminisme, certain groupe etniques, l'immigration massive, ect par example...
Les USA ont bien des defauts mais au moins sur ce point la liberté d expression est une valeur plus repecté.

Mais je suis d accord que si elle gagne se sera une brique de plus pour une société dictatoriale de censure des idée et de la parole citoyenne.

Anonyme a dit…


Vous savez pourquoi une certaine nouvelle vague feministe est si en amour avec ces *feministes* musulmanes multiculturel?

Les 2 ont comme mepris-ideologique que l homme est un odieux predateur-agresseur sexuel de nature.
C est pour cela que certaine feministes occidental trouve que le voile est pas si une mauvaise chose que cela.

Et les multiculturaliste et feministes ont un ennemi commun = L homme blanc hetero...et dans plusieurs pays occidental..se sont des allié politique qui vote pour le meme parti comme au USA France Suede Europe en general
Et ici c est en parti le cas avec Québec solitaire

Anonyme a dit…

Le cancer féministe de la victimisation mur-à-mur s'étend chaque jour un peu plus. Maintenant, il s'attaque au squelette de notre civilisation: notre droit à la libre expression.
En un sens, je suis content. Il n'y a pas si longtemps, nos folles furieuses parlaient de rendre illégal tout discours contre le féminisme. Elles n'avaient *aucun* problème avec la censure, le baillon et le piétinement des droits fondamentaux quand cela faisait leur affaire.
Voyons voir comment elles réagiront maintenant qui c'est elles qui sont la cible du baîllon. Vont sans doute nous pleurer leurs grosses larmes de crocodiles et bramer leur victimisation.
Lol. Victime vs victime. La justice Tampax ne saura plus ou donner de la tête.

Malthus

Anonyme a dit…

Je suis un peu choquée que les femmes soient comparées à des diamants (objets). Même si l'on parle de pierre précieuse (certains le voient comme un compliment), une femme n'est pas un objet, elle doit pouvoir choisir de se montrer ou non.
Quand est-ce que les hommes et les femmes comprendront que leur égalité réside dans leur complémentarité ?
Que serait un monde sans femme ? Et un monde sans homme ?
Nous avons besoin les uns des autres pour survivre, il ne devrait pas y avoir de lutte de genre...
Je suis désolée de la tournure que prend notre humanité...
Je rêve d'un monde o« chacun aura trouvé la place o« il se sent bien, en harmonie avec les autres, mais je crains fort de mourir avant d'avoir pu voir et vivre cela :-( Alors mon cœur balance entre réalisme et espoir, c'est fatiguant !

Anonyme a dit…

Ce n'était pas un comparaison mais une *métaphore* (et une très mauvaise métaphore puisque les femmes ne sont ni rares ni ne valent une petite fortune)Peut-on *s'il vous plait!* cesser de ahaner là-dessus et passer à un autre appel?!?
Le billet d'Olivier porte sur la censure, l'érosion de nos droits fondamentaux et l'utilisation indue de nos propre codes moraux et légaux pour dynamiter les bases même desdits codes.
Des fois, je vous le jure, je me crois a nouveau au primaire tant la compréhension de texte est absente des commentaires qui sont publiés.


Malthus

Anonyme a dit…

Extrait du billet de Olivier "et qu’elle entretenait, par cousine interposée, en l’occurrence Leila Bdeir, des liens avec Présence musulmane, organisation mentionnée plus haut dans ce texte, favorable aux tribunaux islamiques et entièrement dévouée à Tarik Ramadan, petit-fils de Hassan el-Banna, fondateur des Frères musulmans, organisation islamiste des plus rétrogrades."
Je ne suis pas légiste, mais si on m'associait par la fesse gauche au FLQ (terroristes, poseurs de bombes, braqueurs de banques et assassins)sans autre forme de "preuve" que le fait que j'ai une cousine qui se réclâme de cette politique, je songerais sérieusement à une action légale contre l'auteur de pareille diffamation.
"Par cousine interposée", si c'est là le seul lien qu'on peut tirer entre une personne et une idéologie sexiste, rétrograde, humiliante et criminelle constitue, effectivement, de la diffamation.
À moins, bien entendu, qu'on puisse factuellement établir un lien entre la personne et ladite idéologie-ce qui n'est pas le cas dans le texte proposé.

Malthus

Anonyme a dit…

Un eugénisme anti-mâle
"http://www.vice.com/fr/read/the-femitheist-veut-exterminer-90-pour-cent-de-la-population-masculine-174?utm_source=vicefb"