jeudi 15 octobre 2015

En 2035, un réseau hétérophile est démantelé !

Comme je suis persuadé que mes nouvelles du futur commençaient à vous manquer, j’ai récemment effectué, par le truchement d’un nouveau voyage astral, une revue de presse « récente » des manchettes marquantes d’octobre 2035.  Vous verrez donc ce que nous réserve notre société féministe dans exactement 20 ans.  Pas de doute, on s’y amuse ferme !

Les femmes ne peuvent plus consentir à leur oppression !

On ne rigole plus, avec l'hétérophilie !
C’est en vertu  de la loi fédérale antiterroriste autorisant les services du renseignement canadiens à pratiquer l’écoute électronique, et dans le cadre de l’Opération Scorpion rose, qu’une intervention conjointe de la GRC et de la Sureté du Québec a permis l’arrestation de 55 hommes et 45 femmes, sur le point de se livrer à des activités hétérosexuelles clandestines dans une maison de débauche d’un quartier louche du centre-ville de Québec.  Faut-il rappeler que l’hétérosexualité, décrétée crime contre l’humanité par l’ONU en 2022, a été criminalisée au Canada la même année, en vue de protéger les femmes contre les affres hétéro-sexistes du patriarcat déclinant ? 

Bien que toutes consentantes, les femmes seront incarcérées au même titre que les hommes, mais encourront des peines de moitié moins lourdes, leur statut de victimes diminuant considérablement la gravité de leurs actes.  On sait que la loi proscrivant l’hétérosexualité ne reconnait aucunement le consentement sexuel féminin, assimilé par les fémino-psychiatres à une certaine forme de démence à circonvenir.   « Même malgré elles, il faut protéger les femmes  ! » a déclaré la ministre de la Justice, Sarah Labarre. 

L’allaitement est un esclavage !

Judith Lussier en 2015, lors de sa déclaration historique...
La présidente du Conseil du statut de la femme, Judith Lussier, prépare la commémoration du dixième anniversaire de la loi criminalisant l’allaitement, dans le cadre de la Journée de lutte à la violence faite aux femmes, qui aura lieu le 25 novembre prochain.  Rappelons que Mme Lussier est à l’origine de cette loi condamnant cette pratique barbare imposée comme un esclavage aux femmes, sévices qu’elle avait dénoncé dès 2015.   Traquée alors de toute part pour son courage idéologique, Mme Lussier devait attendre sa nomination au CSF afin de produire un avis qui ferait la lumière sur les conditions atroces vécues par une dizaine de femmes victimes d’allaitement. 

Cette initiative courageuse avait entrainé en 2025 l’ajout, dans le code criminel canadien, du crime d’esclavage mammaire.  Même volontaire, l’allaitement reste formellement interdit au Québec et au Canada, au point où celles qui s’y adonneraient sont punissables d’une peine d’emprisonnement allant de trois à cinq ans, sans possibilité de libération pour bonne conduite.  « Je me demande comment il se fait qu’il ait fallu attendre aussi longtemps pour que le bon sens prévale sur l’oppression patriarcale, » a affirmé Mme Lussier au média Urbania.

La barbe avec la parité !

Devant la prolifération, à l’Assemblée nationale, d’un nombre sans cesse croissant de députés masculins arborant insolemment une barbe,  sous l’impulsion du nouveau modèle sexuel à la mode appelé barbapapasexuel, la féministe militante Pascale Navarro, qui a si longtemps revendiqué en faveur de la parité en politique, jusqu’à ce que les femmes représentent 75 % de la députation provinciale, reprend le bâton de la pèlerine, et exige la parité de femmes barbues.  

Pascale Navarro, paritaire à terre
« Tant qu’on n’atteindra pas la parité barbue, a-t-elle déclaré, les femmes seront ostracisées et tenues à l’écart d’une forme de pouvoir et d’affirmation de soi.   Le Canada n’est qu’au 44e rang mondial pour cette forme de parité, une situation qui ne peut plus durer ! » 

Célébrons la conscription paritaire !

C’est sous l’impulsion progressiste de la Fédération des femmes du Québec, regroupant maintenant environ huit groupes-membres et trois membres individuelles, que la conscription paritaire fêtera son cinquième anniversaire le 9 janvier prochain, date de l'anniversaire de naissance de Simone de Beauvoir.  Fidèle aux doctes enseignements de cet militante émérite, qui affirmait que les femmes ne devraient pas être autorisées à rester à la maison parce qu’une majorité ferait ce choix déplorable, la FFQ a surpassé la grande prêtresse féministe en instaurant la conscription paritaire, recourant ainsi à la contrainte pour faire avancer les femmes sur le chemin de la liberté et de l’affranchissement du patriarcat.

Se rendant compte que les programmes Chapeau les filles, Excelle Science et les filles et les sciences, un duo électrisant n’électrisaient en rien la motivation féminine toujours massivement emballée par les professions interrelationnelles, la FFQ est parvenue à faire voter une loi contraignant chaque famille – ou ce qui peut en rester – à fournir à l’État un enfant de sexe féminin se destinant à un emploi non traditionnel.  En effet, la sainte-parité se fait attendre chez les ingénieurs, les travailleurs de la construction, les pompiers, les informaticiens, les électroniciens, les mécaniciens, et de nombreuses autres professions.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, il semble qu’une épidémie de suicides et de tentatives de suicide féminins se soit déclarée au cours des cinq dernières années parmi les vocation « motivées » par les joies à venir promises par les féministes militantes. 

Françoise David, une perspicacité qui ne se dément pas...
« Il ne peut s’agir que d’une coïncidence, a déclaré Mme Françoise David, première ministre du Québec, ex æquo avec Amir Khadir, en réponse à une journaliste lui demandant s’il n’y avait pas un rapport de cause à effet entre la conscription paritaire et cette épidémie de suicides.  « Même nos femmes en niqab, d’ailleurs de plus en plus nombreuses, affichent une bonne humeur contagieuse et nous sourient de toutes leurs dents, j’en suis persuadée ! »

Comment douter du jugement d’une femme aussi brillante que pondérée ?  Et vous, n’avez-vous pas hâte de sourire de toutes vos dents au sein d’une société aussi conditionnée par les salutaires valeurs féministes ?  Hmmm ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ouïn,
J’me demande aussi a quand les camps de reconditionnement aux garçons et hommes hétérosexuelle, à la permission spéciale pour sortir du Québec, genre passeport pour aller voyager (seul) ou allez travailler, aussi a une taxe de célibat de sexe masculine aussi.
A la blague, avec un amis, le jour ou il va avoir une taxe homme célibataires/sans enfants, on s'est dit qu'on se mariera pour éviter une tel taxe.
Je prédis une augmentation fulgurante de mariage gay-hétérosexuelle!

Olivier Kaestlé a dit…

Pas si folle votre prédiction... ;-)