samedi 7 novembre 2015

Femmes autochtones : le CAAVD voit sa subvention de 2 M $ tripler !

On peut dire que les affaires vont bien pour le Centre d’amitié autochtone de Val d’or, qui a pour mandat de venir en aide à la communauté autochtone de l’endroit.  Déjà grassement subventionné par Québec avec un montant annuel de deux millions $, le CAAVD a vu les efforts de « sensibilisation » de sa directrice, Édith Cloutier, récompensés, soutenus par la propagande féministe de Radio-Canada : notre premier ministre utérhomme, Philippe Couillard vient d'annoncer qu'il triplerait sa subvention déjà pharaonique qui atteindra 6,1 millions $.  Vous avez bien lu.  

Étrangement, cette annonce est parue dans la version papier de cet article, mais pas dans sa version virtuelle... 

Recette d’un success story… 

Comment Mme Cloutier est-elle arrivée à une performance aussi spectaculaire ?  La recette est simple.  On trouve des plaintes d'abus de pouvoir, fondées ou pas, portées contre des policiers, coupables idéaux parce que blancs, hétéros et représentant le pouvoir oppresseur.  Des agresseurs autochtones auraient eu un impact moindre et auraient pu attirer des accusations de racisme ou des commentaires racistes.  Pas de rendement médiatique...

Comme il ne s’agit à l’origine que d’accusations d’abus de pouvoir, signalés en mai, on trouve des témoins, envers qui manifester du scepticisme attirera des accusations de racisme, donc des femmes autochtones, victimes idéales.  On recueille ensuite – Ou encourage ? - des accusations de violence sexuelle contre lesdits policiers.  Cette étape franchie, on interpelle Radio-Canada, plus féministe que la FFQ,  au moment opportun, soit à quelques semaines de la Journée de lutte à la violence faite aux femmes, et le travail de désinformation, qui bafoue les principes les plus élémentaires d’objectivité journalistique et la présomption d’innocence, commence : 

«Enquête a recueilli le témoignage troublant de plusieurs femmes autochtones, qui, pour la première fois, prennent la parole et dénoncent publiquement le mépris et les abus qu’elles subissent de la part de ceux qui normalement devraient les protéger. Les policiers. »  La cause est entendue aux yeux des journalistes d’Enquête, Josée Dupuis et Benoit Michaud : les flics sont coupables.  Difficile de trouver professionnels de l'information plus incompétents.

Voilà, la table est mise pour les accusations les plus outrancières : « On allait dans un chemin dans le bois et là, ils me demandaient de leur faire une fellation. [...] Ils me payaient chacun 200 $. 100 piastres pour le service, 100 piastres pour que je ferme ma gueule », raconte Bianka. »  Affirmation mise en doute par l’animateur André Arthur, qui a déclaré à son émission du fm98,1 s’être vu offrir un « service » identique pour cinq dollars par une femme autochtone dans le hall d’entrée d’un hôtel de Val d’or. 

Josée Dupuis « enquête » avec des femmes autochtones.
C’est avec le sentiment du devoir accompli que Radio-Canada affirme : «Après la diffusion de notre reportage, les huit policiers ont été relevés administrativement de leurs fonctions. Le ministère de la Sécurité publique a confié l'enquête à un autre corps de police, soit le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Il pourrait s’ensuivre des poursuites pénales et criminelles. Une nouvelle directrice par intérim a aussi été nommée au poste de la SQ de Val-d'Or. »  Encore un grand moment du journalisme d' Enquête...

Pas de doute, la campagne émotionnelle de « sensibilisation » sur arrière-plan de demande de commission d’enquête, par ailleurs justifiée, sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones, constitue un momentum médiatique dont les résultats ne vont pas se faire attendre.  Élu majoritaire, Justin Trudeau saisit de son côté la balle au bond et affirme que la commission d’enquête sera bel et bien tenue.

Le lancement de la campagne du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, intitulée « On vous croit » qui, comme Radio-Canada, bafoue la présomption d’innocence en stipulant que la seule parole des plaignantes devrait suffire à faire condamner un accusé, représente un appui non négligeable.  Animées du même sens publicitaire que Mme Cloutier, les calacs girls ont également choisi l’approche du 25 novembre pour lancer leur campagne.  

L’émotion au pouvoir… 

Qui ne se souvient pas de la scène de larmes de la ministre Thériault, à l'annonce de toute cette affaire ?  Et que dire de ses propos :  «Un policier qui est en position d’autorité, c’est inacceptable d’abuser de son poste et de son pouvoir pour agresser sexuellement des femmes ou en tirer profit. »  Là encore, bonsoir présomption d'innocence...

Lise Thériault : une image désormais célèbre...
Évidemment, les féministes misandres n’allaient pas laisser filer cette occasion de casser du sucre sur le dos du patriarcat policier.  Ainsi, Francine Pelletier  qui, depuis Polytechnique, nous a habitués à des prises de position pour le moins ahurissantes, s’est montrée égale à elle-même en déclarant les policiers coupables sur simples allégations : 

«La ministre de la Sécurité publique en pleurs n’est rien d’autre que la honte qui nous saute au visage, la conscience qui nous rattrape — bien que particulièrement tard pour quelqu’une qui est payée pour protéger la population et qui, en plus, était au courant des agissements des policiers depuis mai dernier. Que l’émotion de la ministre se trouve maintenant montrée du doigt par ces derniers, c’est le vase qui déborde. À l’aura de sexisme fortement teinté de racisme qui les entoure, il faudrait maintenant ajouter un machisme qui les fait critiquer les larmes de la ministre ? Quelqu’un devrait leur dire qu’ils ne sont pas exactement une référence en matière de « comportement professionnel ».

En clair, que les policiers ferment leur gueule et se laissent condamner sur la place publique sans répliquer, que diantre !  Rendu là, féminisme rime avec crétinisme… 

Un grain de sable dans l’engrenage… 

Stéphane Grenier, lanceur d'alerte
Troublante révélation dans Le Journal de Montréal du 6 novembre : « Le président de l'organisme communautaire La Piaule (Stéphane Grenier) qui vient en aide aux itinérants de l'Abitibi-Témiscamingue croit que la population est «manipulée» par la directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or (CAAVD). »  L’appât du gain et l’intimidation semblent au cœur du litige.  Dans une lettre adressée au député libéral d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, il affirme : 

« Aujourd’hui, je suis choqué, car la personne même qui tente de m’intimider reçoit des millions de dollars de subvention publique pour des projets qui ne sont pas tous en lien avec la problématique. Je suis choqué, car l’argent donné au CAAVD va mettre un frein à toutes collaborations entre les organisations œuvrant en itinérance. Aujourd’hui, Madame Cloutier peut faire cavalier seul. J’ai même peur que les personnes itinérantes non autochtones soient exclues de Chez Willy. J’aimerais rappeler aux brillants fonctionnaires qui ont préparées dons que l’itinérance à Val-d’Or est à 80% non autochtone. Les autochtones ne constituent qu’entre 10 et 20% du total des personnes itinérantes dans la rue. J’ai bien expliqué ses faits au ministre Kelley. » 

Il conclut : «Je me rends compte que nous avons tous été manipulés par Madame Cloutier. Val-d'Or, ses citoyens et sa police sont les otages d'une personne qui ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs. D'ici peu, nous vivrons une nouvelle crise» 

Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, la situation est pire quand on se sert de la misère humaine à des fins mercantiles en alternant manipulation et intimidation pour parvenir à ses fins.  Un dossier à suivre…

12 commentaires:

jean-marc Bessette a dit…

C'était à prévoir ! C'est leur méthode, en premier créer un fléau de toutes pièces pour obtenir plus d'argent. Rien n'est fondé, ni prouvé comme d'habitude. C'est là le grand mystère de la religion féministe. Les septiques seront confondu, disait le capitaine bonhomme. Et comme tous les païens, les Thomas de ce monde et bien honte à eux ! Et pourtant il n'est pas grand le mystère des fois que c'est arrivé... Et personne, jamais, ne passera le doigt dans le trou pour enfin y croire... Mais collectivement on subit une dîme frauduleuse dont seuls les récipiendaires bénéficieront. Que pour s'apercevoir, à moyen terme, qu'il faut encore plus de généreux donateurs pour atteindre un but qu'il ne faut, mais surtout, atteindre. Un autre principe religieux ici, la honte, par association. Je vous salue féministes pleines de graisses pécuniaires, la manne économique est avec vous. Vous êtes des pires d’entre toutes les femmes. Et les fraudes, les fruits de vos langues fourchues de vipères sortant de vos entrailles diaboliques sont de vos mensonges misandres trop fortement lucratifs pour l’éternité. Saintes féministes abjectes, mère de tant de désordres sociaux excommuniez tous les non-femmes de la terre maintenant et jusqu’à la fin totale de la société qui vous a tant toujours protégées.
Hymen.

Olivier Kaestlé a dit…

Pas mal du tout, ton « Notre mère », Jean-Marc...

Quand je vois toute la stratégie déployée par les féministes étatiques pour acquérir, que dis-je, pour accroitre pouvoir et subventions, je n'en reviens pas de leur machiavélisme. Que d'ingéniosité ! Dommage qu'elle ne serve qu'à des fins mercantiles où la cupidité se substitue au dévouement, et la misandrie, à la compassion.

Anonyme a dit…

Excellent texte encore Olivier.

Depuis le début, on le sait tous
Toute cette histoire a propos des Autochtone a pour but
plus de pouvoir et d argent$$ pour eux...déjà qu'ils sont très privilégiés

En plus au passage de salir les hommes-blanc bien-sur autant que possible.
Ce sera la même chose avec la commission fédérale.
Marxisme-Culturel-feministe

Et le nouveau gouvernement Troudeau est un adepte de cette idéologie.

Olivier Kaestlé a dit…

Pendant ce temps, des fortunes, qui devraient servir à de l'aide directe, sont détournés au profit de conseils de bande et d'organismes tels que le CAAVD, sans que les plus démunis ne soient secourus ou le soient autant qu'ils le devraient. Écœurant.

René ¨Papiwest¨ a dit…

Cela fait des années que la directrice du CAAVD n'est plus le porte parole idéal. A criée au loup continuellement contre le racisme à Val d'Or n'a plus aucun impact, 6 millions, bien sûr il n'y a pas que l'itinérance, mais a Val d'Or qui donne le service à l'itinérance - gîte, repas, service de base douche lavage sûrement pas le CAAVD à peine cette organisation les tolère intoxiqué dans ses locaux et pendant ce temps là Piaule est sous le respirateur artificiel depuis des années

Anonyme a dit…

Nous sommes le 11 novembre et ces faussetés circulent encore sur internet? je n'en reviens pas. Commencez-donc par aller voir la mission et les valeurs du Centre d'amitié, de un. Et de deux, arrêtez de toucher à l'intégrité de Mme Cloutier. Celle-ci se dévoue, à travers le monde, à sensibiliser les gens sur l'existence de la discrimination raciale envers les Premières Nations. C'est d'ailleurs ce qui la permet de voyager: elle est invitée à donner des conférences! Elle devrait refuser? M'enfin! Faut avoir la couenne forte pour traverser cette présente tempete médiatique! go Mme Cloutier, lachez pas!

Anonyme a dit…

200$ pour une pipe! LOL

200$! wow, elle soufre enormement de " Hypergamy ", comme toute nos Quebecoise!
LMFAO

Olivier Kaestlé a dit…

Bizarre, sur mon calendrier, nous sommes encore le 9 novembre...

Olivier Kaestlé a dit…

On nous demande de croire que huit policiers auraient exigé d'une femme, dont l'attrait sexuel reste plus que relatif, des services sexuels au montant de 200 $ par tête de... pipe, services qu'ils auraient sans doute pu obtenir ailleurs de femmes plus sexys dont c'est le métier... Comment expliquer mon scepticisme devant pareil tableau ?...

Anonyme a dit…

Olivier, ce qui se passe en ce moment au Québec, la façon de faire des medias de toujours tapez le clou sur les hommes (surtout blanc), les campagnes de sa-lissage sans arrêt, va pousser les hommes (comme moi) à devenir comme les hommes herbivore du Japon (MGTOW pour les Amériques/Europe et de l’Océanie).

Et ses tant mieux, vous n’avez pas besoin de nous autres, bien, on n’a pas besoin de vous autres aussi. Vivre et laissez vivre, je fais ma petite vie sans tracas, sans stress et surtout sans paiement et prison.

Longue vie aux hommes libre et heureux !


C'est drole, vous attendez jamais parler des viols commis par des refugiees! Tien-tien!

http://www.frontpagemag.com/point/260254/syrian-muslim-refugees-bring-culture-rape-and-daniel-greenfield

Juste l'homme blanc!

Anonyme a dit…

Malgré que ce qui suit n'a pas un rapport direct avec votre article, mais indirect...

La cheffe de l'église des seins des deniers jours Julie I a réussie à imposer un dogme du catéchiste vaginocrate; confession sur la place publique et acte de contrition.

Olivier Kaestlé a dit…

@ Anonyme En effet, un Serge blanc, hétéro, de souche, qui organise un concours de wet t-shirt est un agresseur bien plus redoutable qu'un islamiste qui séquestre sa femme et l'affuble d'un niqab au nom de sa religion. Françoise David vous expliquera qu'il faut respecter la différence...