jeudi 9 juin 2016

Criminalité féminine : paradoxe entre tabou et médiatisation...

Dans nos sociétés occidentales où la violence et la perversité au féminin sont obstinément et systématiquement niées, le genre de billet que je vous présente aujourd’hui a le don de hérisser les susceptibilités militantes d’idéologues pour lesquelles seules les femmes peuvent être victimes de sévices de toute sorte, et, bien sûr, seuls les hommes sont en mesure de les commettre.  Il suffit pourtant de s’intéresser un tant soit peu à l’actualité locale et internationale récente pour découvrir de sévères démentis à ces lubies sur exploitées et médiatisées.

Je dois dire que j’ai eu l’embarras du choix et aurais eu suffisamment de matière pour plusieurs autres chroniques.

Incroyable, une menteuse – enfin – punie…

Natasha Uttamsingh, menteuse condamnée
Le croirez-vous, une menteuse ayant faussement accusé son ex petit ami de l’avoir violée après que celui-ci lui ait annoncé son intention de rompre, vient d’être condamnée à 15 mois de prison ferme.  Non, bien sûr, ce n’est pas au Québec, mais bien en Grande-Bretagne que Natasha Uttamsingh, 22 ans, a été reconnue coupable d’avoir voulu pourrir l’existence de Aakash Andrews en affirmant avoir été violée, étranglée jusqu’à en perdre conscience et agressée quotidiennement. 

Afin de soutenir ses prétentions, la manipulatrice avait falsifié des rapports médicaux et créé de toute pièce de faux appels téléphoniques apparemment effectués par sa victime, suggérant ainsi qu’il la harcelait.  C’est d’ailleurs l’un de ses appels, envoyé par elle-même sur son cellulaire à partir de celui de M Andrews qui a mis la puce à l’oreille des autorités qui ont découvert le pot aux roses.

À couteaux tirées avec « l’homme de (sa) vie »…

Six mois de prison ferme, telle est la sentence infligée à la starlette franco-suisse de télé réalité Nabilla Benattia pour avoir gravement poignardé son conjoint, Thomas Vergara, au cours d’une dispute en novembre 2014.  « Mon intention n'était pas de faire du mal, mais de mettre fin à une crise et dire stop, » devait affirmer aux juges avec une candeur suspecte la femme de 24 ans.

On peut s’interroger sur l’efficacité du moyen employé pour mettre fin à une crise, mais Thomas a dû tout de même avoir chaud au cœur en entendant sa dulcinée prononcer ces tendres mots : «  Thomas, pour moi, c' est l'homme de ma vie! »  Encore heureux… mais il devrait s’inquiéter de cette autre déclaration : « Ce n'était pas nous le problème, c'était tous les gens qu'on avait autour, dans la rue, et aussi la presse. »

Nabilla Benattia.  C'est pas sa faute...
Eh oui, toujours la faute des autres…  Difficile de voir comment on peut régler un problème dont on nie l’existence.  Heureusement, la sentence est assortie d’une obligation de soins psychologiques…

Une cyberpédophile… envers son fils

C’est une employée albertaine de garderie âgée de 43 ans, imaginez, qui vient d’être arrêtée à Red River pour avoir abusé sexuellement de son fils de quatre ans en vue de produire du matériel pornographique.  Les enfants de la garderie n’auraient pas, quant à eux, été agressés.  Comme souvent, dans les cas de pédophilie impliquant une femme, les médias se montrent avares de détails…

Elle empoisonne son mari et ses deux enfants…

Si certaines femmes ont la réputation d’être des empoisonneuses, d’autres trouvent le moyen de donner un sens littéral à ce terme.  Elle avait eu beau menacer son amant de passer aux actes, une Montréalaise de 33 ans devait finir par acheter du poison à rat, en mélanger à du jus, et servir ce douteux cocktail à son mari et à ses deux filles de huit et 12 ans.

Le motif d’une aussi lugubre entreprise ?  Se venger de l’indifférence de son amant en le faisant se sentir coupable d’un familicide maintes fois annoncé.  Heureusement pour sa famille, la femme frustrée s’est avérée aussi incompétente comme meurtrière qu’enragée comme amante et ses victimes en ont été quittes pour un réveil inconfortable et un séjour à l’hôpital.  


En attendant son procès en septembre, des expertises à Pinel ont démontré que la résidente de Parc-Extension pouvait être considérée criminellement responsable malgré un état dépressif. 

Elle aurait tué ses trois fils…

Une grossesse annoncée n’a pas toujours que des effets heureux si l’on en croit cette femme qui a attribué à cette nouvelle le fait d’avoir attenté à ses jours après avoir assassiné ses trois fils qu’elle a partiellement démembrés.  C’est à Phoenix, Arizona, qu’Octavia Rogers, 29 ans, aurait commis l’irréparable.  Les enfants étaient âgés respectivement de huit, cinq et deux ans.

Le frère de la meurtrière l’aurait trouvée après les faits en train d’invoquer Dieu.  Elle prétendait avoir trouvé les réponses aux questions de sa vie.  Selon Linfo.re : « Une voisine s’est souvenue de trois petits garçons "adorables" qui jouaient souvent avec les autres enfants. "C’est tragique parce que vous ne savez pas pourquoi c’est arrivé", a-t-elle indiqué. »  C’est le moins qu’on puisse dire…
L’entêtement à nier l’évidence…
Quand je publie ce genre de nouvelles, je trouve fréquemment des bien-pensants pour me faire la leçon et me dire que toutes les femmes ne sont pas « comme ça », que la violence familiale est essentiellement masculine - ce qui est faux -, me rappellent Guy Turcotte, quand ils ne me traitent pas de misogyne et ne me reprochent pas ma « haine des femmes » en soulignant à quel point je dois être malheureux de tant les détester…
Nier la violence féminine demeure cependant une attitude d’irresponsabilité sociale consternante.  D’une part, on n’aide en rien des femmes violentes à gérer leur agressivité, les condamnant ainsi à en être les premières victimes, d’autre part, on ne prévient pas les tragédies, si fréquentes pourtant, qui alimentent les nouvelles locales et internationales. 
En fermant les yeux sur ces faits divers, ne nous rendons-nous pas complices d’une violence qui, dégénérant parfois jusqu’au meurtre, pourrait être évitée ?

16 commentaires:

Anonyme a dit…

WOW, merci Oilvier,

Grace au féminisme, les femmes ont pris l’habitude a l'abus et à la violence à un nouveau niveau et se cacher derrière l'organisation corrompue appelée «féminisme» pour se protéger de la critique.

Les femmes ne sont pas seulement abusive aux hommes, mais sont violentes envers les autres femmes et s'en raison de leur faible estime de soi qui est amené sur eux-mêmes par le biais de diverses méthodes, y compris (mais sans s'y limiter) l'auto-objectivation des femmes et leur vengeance et la vanité. Ce que le Doc Mailloux appelle "la dictature des grosses"

Les femmes sont violentes par nature. Et avec le moteur du féminisme, procure leur carburant, vous pouvez clairement voir que les femmes ont aucun désir de se perfectionner.

Ceci est un rappel pourquoi vous ne devriez jamais marier ou avoir des enfants.

Éloignez-vous de leur désordre violent et dans la liberté et la positivité de la virilité.

Messieurs, vous n’avez vraiment pas besoin d'eux. Alors, pourquoi vous battre? Que les femmes se détruisent sinon ils ne pourront jamais apprendre.

MGTOW : If you can't beat 'em, abandon 'em.
Ladies, fight among you!

Martin Malthus a dit…

Ma première blonde m'a flanqué un coup de pied aux testicules "pour voir si c'était vraiment efficace". J'avais 15 ans.
J'en ai maintenant 52. Et après avoir été brûlé, cogné, giflé, embarricadé, arraisonné, insulté, pris pour cible à projectiles, ébouillanté, et m'être fait vertement engueulé pour des peccadilles de façon usuelle, comme si par droit divin, par le "sexe faible" durant la totalité de ma vie "amoureuse" (sic) j'ai finalement compris et accepté que, comme dans Wargames, la seule façon de gagner avec une femme était *de ne pas jouer*!
Fuck'em. Le plaisir que j'éprouve à jouir dans leur vagin ne vaut *pas* la tonne de merde qui vient avec. Vive les putes! Au moins avec elles, on a le sexe qu'on veut, quand on le veut, comme on le veut, le deuxième service est gratuit et quand tu lui montre la porte, elle ne part pas avec la moitié de ta vie!
Vaut mieux fourrer une professionnelle que de se faire baiser par une amateure.

Anonyme a dit…

Martin, je comprends exactement ce que vous avez vécu, dans ma vingtaine et trentaine j'ai vécus ca!

Surtout la dernière "blonde", après m'avoir ruée de coups jusqu'au sang avec un objet de cuisine, j'me suis dit plus jamais.

Et tout ca pcq je ne voulais pas payer son voyage de rêve, je lui suis simplement spécifier que se n’était mon rêve et quelle paye elle meme ses rêves. Et comme toute bonne germaine, elle m’a dit que je passerait mes soirée dans le sofa, je lui simplement mentionner que je quitterais si elle me ferait ca et bam-bam-bam-bam-bam et elle a seulement arrêter par ce quelle était rendu trop fatigue de me frapper. Le pire, elle ma dit que si je l’aimerai vraiment que je comprendre rai pourquoi elle m’a frappé et que je m’excuserais! Imagine de demander à une femme victime de violence de s’excuser! Mais, j’ai vue plutôt le contraire avec le joueur du Canadien qui a été victime de violence de sa copine, et lui a fait des excuse!

Et comme le premier commentaire, je croie que les hommes devrait arrêter de ce battre et laissez les femmes se battre entres-elles!

Olivier Kaestlé a dit…

Messieurs, vos témoignages me font frémir. Les relations homme femme me paraissent plus toxiques que jamais, à moins que ce soit les hommes qui, enfin, s'expriment davantage.

Suzanne Cantin a dit…

Je ne remettrai pas ici de témoignage de mon vécu, ou plutôt du vécu de mon homme avec ses enfants et son ex perverse sexuelle. Cette histoire est déjà connue. Mais je suis très d'accord avec ton texte Olivier. Des femmes sont capables de pires que bien des hommes et notre système judiciaire actuelle refuse de voir les vraies affaires. Dès qu'il s'agit de dénoncer les crimes d'une femme et/ou d'une mère, on dirait que tout le monde tombe des nues!! Même des policiers osent affirmer qu'une mère ne peut pas être coupable, alors imaginons le reste de la clique... :-(

Anonyme a dit…

Suzanne, vous êtes peut-être une NAWALT et je suis désoler que vous avez été prise avec un homme violent?

Mais, il faut comprendre que les féministes radicales ne veulent pas l'égalité des sexes. Ils veulent la suprématie féminine. Et elles utilisent l’état pour arriver à leur fin. Voilà pourquoi je me suis retiré de ce system gynocentrique.

Selon les statistiques, 53 % des victimes de violence conjugale sont des hommes. Pourtant, 99% de l'argent des abris pour les victimes va encore aux femmes.

Les femmes (en grande majorités) n’ont pas de l'empathie pour un homme.

Les hommes ont des pénis. Pour cela, ils sont automatiquement coupables et oppressifs.


Olivier, si un homme s’exprime d’avantage, il se fait automatiquement étiqueté de misogéniste, et d’un faible. Aussi, si tu appelles la police après avoir été ruée de coups, c’est toi qui se fais mettre en état d’arrestation. Non merci, je suis un homme professionnel de 43 ans, je ne pratique pas n’nécessairement ce que Martin pratique, mais, je voyage 8 fois par années a l’étranger et je peux vous assurer que je suis en présence de femmes très féminine et très agréables. A ceux à qui sa leur intéresse, le Brésil est ma destination de choix !

Anonyme a dit…

Je suis né un homme hétérosexuelle, bon et productif, le féminisme me rejette pour qui je suis, et me tranche la gorge.

J’ai appris à m’aimer et apprécier moi-même, et j’ai appris à ne pas être un géniteur en donnant mon sperme, et aussi à ne pas être une carte de crédit pour cette même société.

Merci Olivier pour faire ce blogue « d’homme », vous êtes génial et j'espère que vous n’arrêtez jamais !

Robert

Olivier Kaestlé a dit…

N'en doutez pas, Robert, même si mon combat contre ce féminisme rétrograde et obscurantiste devait devenir celui d'une vie. ;-)

Anonyme a dit…

Oui, j'ai été élevé de la même façon ! On vous a enseigné de toujours respecter et protéger les femmes. On ne m'a jamais appris à être autoritaire, ou avoir une «colonne vertébrale» ou que les femmes vous traite comme de la merde ! Tu dois " stand up" aux femmes. Pour moi, il est irresponsable pour les parents et la société de jamais vous enseigner aux pièges ou à la négativité que les femmes apportent à un homme (et aux autres femmes).

J'ai un copain, mi-50, vient de me dire qu'il va se marier pour la 4ème fois avec une autre germaine qui est « nonoparentale et passer date ». Il paye toujours une pension alimentaire à 2 de ses ex et a 3 enfants qui ne veulles rien savoir de lui. Pourquoi? " Parce c'est la bonne chose à faire ? Quel idiot !

Olivier Kaestlé a dit…

Il y a des gens imperméables à l'expérience...

Anonyme a dit…


Les femmes ne sont pas tenus responsables de grand-chose, mais la situation est si complexe et pourtant, vous avez des hommes qui se sacrifie aux femmes dans l'espoir de tremper leurs pinceaux ... Voilà pourquoi les femmes ne respectent pas les hommes du tout ... Parce qu’elles savent l'homme peut être facilement remplacé ou elles succombent à un homme qui fera tout ce qu’elles lui demandent.... Et, la triste réalité est que la plupart des hommes ne feront que cela !!! Et elle perdre ra complètement le respect de ce même homme et allez copuler avec un homme « bum ».

Olivier, les vomisseurs d’hommes et les hommes tapis sont des gros cancers, autant que le féministe d’extrême droite.

Longue vie aux hommes libre et heureux !

Anonyme a dit…

Les femmes comète de la violence, et elles sourient durant leurs photos de prison.

Elles sont blindées dans tous les sens. Mais quelle arrogance.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3638273/Three-women-charged-attacking-McDonald-s-employee-service-slow.html

Anonyme a dit…

Olivier,
Vous me sembler dur, mais vos écrits sont exactes. La grande majorité des femmes agissent comme si elles sont complètement irresponsables de leurs propres actions. Ouais, je sais, cela est le féminisme. C’est aussi la majorité des femmes. Que ça provienne de leur ADN ou de la culture moderne, les femmes par défaut agissent comme des irritables adolescentes qui demande, demande et redemande sans accepter aucune responsabilité pour leurs propres actions.

Ce qui est encore plus effrayant est l'idée que cette irresponsabilité ne se limite pas à des relations amoureuses. Les hommes construisent de grandes civilisations, et les femmes habilitées détruisent. Ouais, je sais que cela paraît sexiste.

Mais, lorsque vous commencez à voir que tous vos amis de sexe masculin dans les relations faites affaire avec des " germicides " , vous pouvez empêcher de penser que ce n'est pas une question d'un trouble spécifique, mais un comportement socialement accepter et sanctionné par cette même société.

Pierre Vachon a dit…

Tu as parfaitement raison Olivier, nier la violence des femmes envers les hommes et les enfants,es une autre forme de violence que les femmes nous font subir. Tous les hommes doivent dénoncer sur le champ toute forme de violence qu'ils subissent de la part des femmes.

Anonyme a dit…

Pierre,

Les hommes souffrent de violence physique le fond dans le silence parce qu'ils ont peur que personne ne les croira ou de les prendre au sérieux. En fait, certains hommes qui cherchent à obtenir de l'aide constatent que la société les moque et ridiculise. Beaucoup d'hommes sont trop genes. Et aussi, les hommes battus n’appelle pas à l’aide, pcq ils savent que les polices, les juges, les courts et la société sont contre eux !

Mieux faire ça vie en solitaire et d’être heureux. Et ça vaut de même pour les femmes violenter, même avec toute l’aide du system, une femme est mieux d’être seul que d’être accompagner d’un homme violent. Si seulement les bons hommes étaient visibles à ses mêmes femmes là, peut-être la société se porterait mieux ? Mais qu’est-ce que tu veux, les bons hommes sont des personne fiable, honnête et prévisible, rien de moins excitant pour les femmes (surtout les 18-28 ans).

Anonyme a dit…

@Anonyme

Eh non ! "qui se ressemble s'assemble" ne s'applique hélàs pas toujours aux couples. Sinon y aurait pas autant de divorce .