samedi 15 juillet 2017

Seins nus : et si leur exposition exprimait un nouveau puritanisme ?

Le sujet des seins nus dans les lieux publics, en soi anodin, n’en suscite pas moins les passions dans les médias et les réseaux sociaux : faut-il autoriser les femmes à se promener la poitrine dénudée dans l’espace public ?  Cette question a refait surface récemment alors qu’une citoyenne de Cornwall, en Ontario, a jugé opportun de porter plainte au Tribunal des droits de la personne parce que cette ville interdit aux femmes de s’afficher les seins nus dans les piscines publiques.

La nudité, pour lutter contre les mauvaises pensées ?
Or, comme la soi-disant prude Ontario autorise les femmes à se promener les seins nus dans les lieux publics depuis 1996, la plainte, au strict plan légal, est tout à fait fondée.  En est-il autant au plan du bon sens, compte tenu du fait que les piscines restent des lieux familiaux où s’ébattent les enfants ? C’est une autre question et même l’argument principal des opposants à cette mesure présumément évoluée.  Selon un reportage de TVA, une majorité des usagers du site Village vacances Valcartier souscrit à ce point de vue, mais un sondage serait le bienvenu. 

Les seins, n’y voyez rien de sexuel…

En lisant les arguments des pro-seins à l’air, l’un d’eux, plus particulièrement, ne peut faire autrement que de retenir l’attention : les seins n’ont aucune connotation sexuelle, et n’auraient pour seule fonction que de nourrir les nouveau-nés.  Vous avez bien lu.  Bref, Messieurs, si vous trouvez bandante une belle paire de seins bien ferme et pire, que vous éprouvez du plaisir à la caresser ou à en lécher les mamelons, vous êtes victimes d’une illusion.  Les seins de votre blonde ou son dentier, aucune différence !

Quant à vous Mesdames, si vous considérez votre poitrine comme une zone érogène sensible, vous êtes une pervertie !  Votre poitrine ne doit servir qu’à des fins de sustentation de votre bébé et à rien d’autre.  Si vous éprouvez du plaisir sexuel à vous faire peloter par votre conjoint ou votre amant, vous tombez sous le joug d’une « construction sociale » qui érotise ce qui ne doit pas l’être !  Un rendez-vous avec Jocelyne Robert (Aucun jeu de mots argotique ici…), ça presse !

Dans cette optique, une poitrine de femme dénudée ne doit pas plus inspirer de désir ni avoir plus d’impact érotique qu’une bedaine de bière masculine.  À ce que j’ai compris, par contre, un homme qui montre publiquement son pénis est un exhibitionniste, tandis qu’une femme qui affiche ses seins est émancipée.  Pourquoi cette distinction ?  Eh oui, le pénis est un organe reproducteur, donc sexuel, et les seins sont des organes nourriciers, donc asexués.  Comme tout devient clair, une fois expliqué…

Montrez ces seins que je ne saurais voir…

En clair, si je me fie aux arguments des pro seins à l’air, plus on verra de seins, et moins ils auront de dimension érotique.  Voir une poitrine de femme sera aussi stimulant sexuellement que le nez au milieu du visage.  En éteignant ainsi le désir, les hommes et les femmes marcheront main dans la main dans la lumière d’une humanité progressiste, évoluée, désexualisée, bien loin des mauvaises pensées que suscitent inexorablement les seins dissimulés.  Bandant, ce projet de société…

Ceux-là n'ont vraiment aucun érotisme...
Alors que je me suis fait traiter de puritain et pire, de pro islamiste, parce que je trouve que les seins, comme la religion, appartiennent à l’espace privé, j’affirme au contraire que je considère que l’érotisme est une dimension essentielle des relations hommes femmes et que, sans une part de mystère, il fout le camp.

Qu’en est-il, pour les pro seins à l’air, des jeux de séduction, de la lente progression des regards, des touchers, des rires, de l’apprivoisement, des premières caresses, des premiers baisers, des premières étreintes, des premières relations complètes, des premiers orgasmes ?  Me semble qu’on se dirige vers une sexualité où faire l’amour sera aussi passionnant que de cirer son auto…

Lueur d’espoir, cependant, pour l’avenir de la sexualité humaine : dans les villes et les pays européens où les femmes peuvent se promener les seins nus, très peu le feraient.  Du point de vue des pro seins à l’air, ces femmes majoritaires ne réalisent pas leur oppression puritaine.  Du mien, la pudeur et le respect de soi son parfaitement compatibles avec la sexualité la plus passionnée et avec l’érotisme, quand ils ne les stimulent pas.  Mais je suis un sale fasciste réactionnaire…

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Pas logique la loi canadienne qui condamne pour agression sexuelle tout homme qui par malheur aurait involontairement ou volontairement frôler un sein de femme.

Encore moins logique cette loi canadienne qui condamne l'achat (habituellement par des hommes) de services sexuels mais en permet la vente (habituellement par des femmes).

Olivier Kaestlé a dit…

Et que dire de notre " culture du viol " dans un tel contexte exhibitionniste ? Mais la prévention est antiféministe...

Anonyme a dit…

Plusieurs civilisations ont connu les femmes aux seins nus et ne s'en sont pas éteintes pour autant. Pour ce qui est des poitrines trop visibles sur les chemins publics elles sont déjà interdites pour les hommes et ne le seront pas plus pour les femmes. Le vêtement est plus une question de confort pour la femme qui doit compenser si le poids en est trop volumineux ou s'ils sont tellement lourds qu'ils lui en font un complexe. Pour la question de zone érogène, l'homme ressent aussi du plaisir à se faire caresser la poitrine par un(e) partenaire qui l'excite.

Olivier Kaestlé a dit…

Je doute en effet que les seins nus aient un grand impact sur le taux de mortalité actuel. Quant aux civilisations qui permettaient les seins nus, la plupart ont découvert le soutien-gorge. En France, les seins nus sont autorisés depuis 1964. Après une grande popularité il y a encore 20 ans, l'intérêt s'est émoussé et il n'y aurait plus qu'une petite minorité des femmes qui se promènent les seins nus. Le fun s'use, faut croire...

Pierre Vachon a dit…

En plus d'être un de mes journalistes préférés pour la condition masculine,je te trouve aussi un bon comique. Plusieurs de tes articles me font réfléchir, et aussi rire, Quoi de mieux!
Encore de l'excellent travail!

Olivier Kaestlé a dit…

Merci, Pierre ! ;-)

Anonyme a dit…

Olivier, j’ai rien contre les femmes aux seins nu en public et je crois que c’est équitable si les hommes peuvent être tors nue. Ceci dit,

Un cochon est un cochon. Un clown est un clown. Une grosse salope avec maquillage de clown est un une grosse salope avec maquillage de clown !

Tout comme une violeuse est t’une violeuse, une pédophile est t’une pédophile et un meurtre est un meurtre, et une sentence de prison est t’une sentence de prison. Tel que mentionner, équitable !

FHB