samedi 1 juillet 2017

Une - autre - victime de détournement majeur de la part d’un ado !

Avertissement : ce billet, bien qu’inspiré d’un événement réel, est une « fake news » rédigé avec la plus insouciante préméditation.  Prière de savoir y déceler le second degré, si possible, bien sûr…

Mesdames, cet ado pourrait être votre ennemi !
La perversité masculine frappe de plus en plus jeune les femmes naïves et sans défense trop naturellement tournées vers ce que l’humanité a de plus noble et de plus élevé.  La preuve, ce nouveau fait divers nous apprenant qu’un adolescent américain a, pendant trois ans, abusé sexuellement de Marissa Mowry, une femme de 25 ans, au point de lui faire un enfant ! 

Le geste est d’autant plus indigne que le coupable d’une telle monstruosité n’était âgé que d’à peine 11 ans lorsque les sévices ont commencé !  C’est s’engager bien tôt sur la pente abrupte de l’oppression systémique par la dépravation systématique !

Des agressions endémiques

Cette nouvelle attaque est d’autant plus révoltante qu’elle survient dans un contexte si particulier où un nombre sans cesse croissant de femmes majeures et vulnérables se voit abusé sexuellement par des jeunes adolescents, quand il ne s’agit pas d’enfants !  Oui, chers amis, la domination masculine n’a pas d’âge et frappe sans merci des dames respectables et sans malice, les précipitant vers des abîmes de désolation et d’errance mentale dont elles ne ressortiront certes pas indemnes, contrairement à leur agresseur, né pervers.

N'en n’avons-nous pas assez vues, de ces enseignantes abusées et leurrées par des garçons dépravés et machiavéliques, qui ont profité d’une tendresse toute maternelle pour assujettir des êtres dénués de la plus petite intention sexuelle à leurs lubriques desseins, à leurs retors projets, à leur dégradante débauche hétérosexuelle ?

« On vous croit ! »

Concerné et consterné au plus haut point par la progression dévastatrice de cette problématique endémique, le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel lance un cri d’alarme à nos dirigeants afin que ces femmes abusées trouvent chez leurs groupes membres soutien et réconfort :
 
«  Les victimes de détournement majeur sont en nette croissance et nous ne disposons pas de suffisamment de ressources pour leur venir en aide.  Non seulement elles sont victimes d’abus évidents, mais elles ont honte de demander de l’aide, se sentant injustement condamnées par une société patriarcale cis genre hétérosexiste et hétéronormative. 

« Elles souffrent en silence, dans la désolation et la honte, mais leurs agresseurs s’en tirent sans jugement, ni condamnation, protégés par leurs privilèges phallocrates.  C’est une honte !  Quand ces survivantes nous disent en pleurant qu’elles sont victimes, nous prenons fait et cause pour elles et leur répétons ‘’ On vous croit ! ‘’ »

Interrogée à savoir quelles pistes de solution son regroupement envisage, une porte-parole a répliqué avec ferveur : « Des sous, quelle question ! » 

Des manipulateurs qui passent pour victimes…

Tania Pontbriand, enseignante victime d'un ado...
Au RQCALACS, pas question d’inverser les rôles et de faire passer les agresseurs pour les victimes.  Cette position est d’autant plus inébranlable que cet organisme si méritant a excommunié un de ses groupes membres et en a « démissionné » deux autres pour avoir osé offrir leurs services à des supposées victimes masculines.[i]  De qui se moque-t-on, je vous le demande !  Autant imaginer des nazis soi-disant sans défense jetés dans des fours crématoires par des Juifs psychopathes, un coup parti !

Pas de doute qu’il existe encore des tabous entourant l’oppression des femmes par les hommes de tout âge et qu’il y a encore bien du chemin à parcourir avant que ces abus ne soient enfin reconnus et éradiqués.  Comment y arriverons-nous, si nous continuons à fermer les yeux sur les filouteries délibérées et froidement vicieuses ourdies par des mâles qui se barricadent derrière leur jeunesse pour opprimer leurs victimes ?

Une seule solution envisageable : croyons sans nous - ni les - interroger les victimes, châtions sans complaisance les coupables !



[i] Fait authentique.  Lire ce billet.

3 commentaires:

Prof Solitaire a dit…

Très bonne idée de composer ce billet "à l'envers"... ça en démontre bien toute l'absurdité!

Olivier Kaestlé a dit…

En espérant que les ficelles soient assez grosses pour que le plus grand nombre comprenne...

Anonyme a dit…

C'est toujours la faute des hommes.

Je suis entièrement responsable, j't’un homme, pour tout ce qui a mal tourné, non seulement dans mon temps de vie, mais dans tous les temps de la vie.

Les hommes reprochent aux autres hommes, et les femmes accusent les hommes. Donc, les hommes sont coupables des deux côtés. Vous êtes puissant, vous êtes intelligent et responsable, il vous incombe. Je ne comprends pas cette pensée, mais c'est toujours la faute des hommes.

Regardez le monde dans lequel nous vivons; L'eau courante, l'eau chaude, le chauffage, la climatisation, les appareils électroménagers, , les maisons confortables, les automobiles, les voitures intelligentes qui, lorsque vous assoyez, se souvient de la position du siège que vous avez précédemment réglée, direction assistée, vitres électriques, freins électriques, contrôle de la stabilité , Un régulateur de vitesse adaptatif, une voiture qui se garage et se conduisent eux-mêmes et, d'une certaine façon, les femmes ne seront pas satisfaites de cela et ce sera notre faute. Quelque chose s'est cassé sur la voiture, un homme la répare, et c'est toujours notre faute. Nous sommes responsables de tout.

Les femmes peuvent tous les choix pour leur vie, elles sons même pas obliger à se marier, elles peuvent aller au tribunal et légalement voler un homme. EIles peuvent mentir auprès des polices et vous faire arrêter sur place pour viol, elles peuvent le faire. Elles ont tous les choix, Le gouvernement leur donner de l'argent, des subventions, des prêts qu'elles n'ont pas à rembourser, elles ont tous les avantages que tout homme n'aura jamais, et devinez quoi, c'est toujours de ma faut.
C'est un monde gynocentrique; C'est un monde qui s'adresse uniquement aux femmes. Ça prend des sentiments dans des considérations et elles ne sont pas encore assez bonnes pour les femmes d'accepter tout type de responsabilité pour elles-mêmes et la responsabilité de leurs propres choix personnels.

Leurs actes, leurs paroles font que des choses se produisent dans leur vie, mais c'est la faute des hommes.

Hommes, peu importe si vous travailler forts, vous sacrifier et peu importe la difficulté que vous essayez, peu importe la quantité que vous donnez et peu importe votre grand générosité, il sera toujours de votre faute.

Question? Si cela va toujours être notre faute, pourquoi devrions-nous même essayer, donner ou nous soucier des besoins et des désirs des femmes, si je ne vais jamais avoir le crédit et la seule chose que j’aurai, c'est d’la faute?