dimanche 26 août 2012

Pauline Marois : instinct politique ou obsession suicidaire ?

Si Pauline Marois arrive – enfin – à réaliser ce 4 septembre son grand rêve de devenir la première femme première ministre du Québec, c’est qu’il existe un Dieu pour les naufrageurs, surtout quand ils sont leur pire ennemi. Malgré une campagne où les risques évitables ont rivalisé avec les déclarations maladroites ou incohérentes, Le Journal de Montréal publiait samedi les résultats d’un sondage Léger Marketing donnant le parti québécois (PQ) gagnant, avec 33 % des intentions de vote, devant la Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ), avec 28 %, et le parti libéral du Québec (PLQ), qui ferme la marche de cette lutte à trois avec 27 %.

Pauline Marois et Bernard Drainville.
Bien sûr, les tiers partis pourraient influencer le déroulement, comme la conclusion de la campagne. À ce chapitre, Jacques Parizeau, qui ne pouvait laisser passer cette élection sans se manifester, vient de donner son appui à l’Option nationale (ON) de Jean-Martin Aussant, au grand dam de la chef péquiste. Si, usure du pouvoir « aidant », le PLQ devait se voir dégommé de la carte électorale dans dix jours, rien ne garantit au PQ un statut majoritaire, devant la montée inattendue de la CAQ et de son équipe de présumés incorruptibles, dont les promesses et leurs coûts ont de quoi laisser dubitatif.

N'oublions pas l’effet « béton »...

Dans les films comme dans la réalité, le béton demeure un moyen privilégié, pour une catégorie de citoyens qui ne paie pas d’impôts et règle elle-même ses comptes, d’envoyer par le fond témoins gênants, rivaux territoriaux ou traîtres à la « cause ». Dans le cas de Pauline Marois, la dame que l’on a identifiée à ce matériau résistant à l’érosion, c’est de plus en plus la lourdeur qui semble le mieux convenir à cette métaphore. Mme Marois ne nous a que trop habitués à cette aisance naturelle à se court-circuiter après de louables et parfois héroïques efforts en vue de redresser une situation désastreuse, dont le plus souvent elle aura été la cause première.

Son psychodrame le plus récent, pendant lequel, contre vents et marrées, elle a persisté à porter le carré rouge, malgré la dégringolade qui s’ensuivit dans les sondages enfin favorables au PQ, au terme d’une énième crise au sein de son parti, aurait dû lui servir de leçon, à elle comme à sa garde rapprochée. On dirait qu’il existe, au sein du PQ, une mentalité voulant que, en l’absence de toute crise, il importe d’en créer une au plus sacrant. Faut-il se surprendre ensuite de découvrir que, dans la seule région de Québec, à peine 16 % de répondants considèrent que le PQ mène une bonne campagne et que la CAQ pourrait y effectuer un balayage spectaculaire ? Peut-on encore parler d’un « mystère Québec » dans de telles circonstances ?

Cégeps et loi 101

La volonté affichée du PQ d’étendre la loi 101 aux cégeps n’ira certainement pas dissiper les perceptions chères à certains défenseurs des minorités culturelles qui assimilent, sans jeu de mots facile, le parti de Mme Marois à une faction rétrograde marquée par le repli identitaire et l’anglophobie. Des jeunes qui commencent leur cours collégial vers 17 ans ont-ils vraiment besoin de se voir protégés malgré eux de l’anglais, par ailleurs omniprésent, sur le web, notamment ? Le fait de les contraindre à suivre leurs cours en français améliorera-t-il de façon déterminante leur syntaxe, leur orthographe ou leur grammaire ?

Doit-on protéger les cégépiens malgré eux ?
Mon père, qui a enseigné le français pendant une quinzaine d’année au cégep de Trois-Rivières, a passé autant de temps à pester contre la piètre qualité des travaux de ses étudiants. « C’est au primaire et au secondaire qu’il importe de concentrer les efforts pour l’apprentissage du français, me disait-il. Au collégial, il est trop tard. » Dans cette optique, il y aurait lieu de s’interroger sur les bénéfices présumés de l’enseignement de l’anglais dès la première année de l’élémentaire, alors que la connaissance du français de l’élève reste rudimentaire. Le bon apprentissage d’une langue seconde reste conditionnel à une connaissance de base suffisante de sa langue maternelle. Avant de vouloir implanter des balises inutiles aux cégeps, le PQ pourrait-il envisager cette question autrement plus fondamentale ?

Pas toujours « victime »…

Alors que jamais politicienne ne s’était vue, aux yeux de ses supporters, incluant Janette Bertrand et Lise Payette, autant définie comme étant la victime par excellence de sexisme et de discrimination fondée sur le statut économique, l’allure vestimentaire et les manières « distinguées », voilà que l’intéressée a jugé opportun de s’en prendre, avec la subtilité d’un sasquatch dans un salon de thé, au prétendant caquiste au poste de ministre de la santé, Gaétan Barrette, laissant entendre à quel point le titulaire d’un tel ministère se devait de montrer l’exemple. Il est clair que l’interpellé demeure aussi éloigné de son poids santé qu’Amir Khadir du poste de premier ministre, mais fallait-il que Mme Marois se montre aussi mesquine ? Il n’en fallait pas moins pour que la chef du PQ ne se fasse – à nouveau - semoncer sur la place publique, non sans motif.

Citoyenneté québécoise

Une gaffe... de taille contre Gaétan Barrette.
Se morfondant sans doute dans l’attente d’une nouvelle controverse, Pauline Marois devait ressortir des boules à mites ce 21 août le projet de loi 195 sur la citoyenneté québécoise, envisagé en 2007, dont elle allait juger à propos de resserrer les règles. En vertu d’un tel projet, nul citoyen ne devait pouvoir se présenter comme candidat à une élection sans avoir « une connaissance appropriée » du français. Tout immigrant qui ne remplirait pas cette condition se verrait exclus du statut tant convoité de « citoyen québécois » et ne pourrait contribuer financièrement à un parti politique, adresser une pétition à l’Assemblée nationale (il pourrait sans doute passer par Amir Khadir…), ou se porter candidat aux élections tant québécoises, que municipales et scolaires.

Imaginons l’imposition d’un tel cadre à des municipalités aussi enthousiastes envers le fait français que Beaconsfield, Pointe-Claire ou Kirkland… C’est pourtant ce que Mme Marois envisageait le plus sérieusement du monde : «Dans le cas d'un anglophone, soit-il de souche, soit-il nouvellement arrivé, la langue commune ici, c'est le français. Y a-t-il quelqu'un qui puisse penser qu'on ne peut pas posséder cette langue?»

Devant le tollé inévitable provoqué par de tels propos, la chef du PQ devait reculer dès le lendemain : les anglophones de souche et les autochtones pourraient conserver leur droit de se présenter aux élections malgré une connaissance « inappropriée » du français. Si ça ne s’appelle pas se positionner selon l’opinion publique… Mais certains affirmeront que « Pauline » est à l’écoute de son peuple… une gaffe trop tard, comme toujours. Les nouveaux arrivants devraient cependant connaître le français en vue d'obtenir la citoyenneté québécoise et de pouvoir briguer les suffrages, si le PQ était élu.

RIP

À peine sortie de ce nouvel épisode, Pauline Marois allait remettre ça avec les référendums d’initiative populaire (RIP), une trouvaille de son collègue Bernard Drainville, à l’état de projet. Alors que, d’accord ou non, l’électeur pouvait avoir de la question une perception claire, Mme Marois devait s’empresser de semer la confusion. Présentés une première fois par Drainville, les RIP avaient pour but de tenir des référendums sur des questions d’intérêt pour peu que 15 % de la population demande au gouvernement de le faire. Une fois ce pourcentage atteint, l’État était tenu de procéder. Simple comme bonjour, n’est-ce pas ? Beaucoup trop ! Compliquons ça au plus vite, semble s’être dit l’aspirante première ministre.

Dans la nouvelle version dudit projet, l’État québécois pourrait juger, même si ces conditions étaient remplies, de ne pas tenir de référendum, si bon lui semble. Un certain Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières, a agi exactement de cette façon, il y a quelques années, dans la perspective d’un référendum sur un règlement d’emprunt auquel il tenait absolument pour son projet Trois-Rivières sur Saint-Laurent. Malgré le nombre requis en vue de la tenue d’un référendum sur la question, il décida, comme ça, de ne pas tenir compte de la volonté populaire et d’aller de l’avant. Inutile de dire que sa cote de popularité devait en prendre pour son grade aux dernières élections municipales.

Bernard Drainville, à la défense des RIP...
Après avoir déclenché ce nouvel incendie, Marois devait dès le lendemain tenter de calmer le jeu, avec sa maladresse coutumière devenue maintenant sa marque de commerce : «C'est sûr qu'on permet à la population d'exprimer sa voix. Et Bernard (Drainville) et moi disons la même chose. Une fois que cette voix se sera exprimée, il va falloir avoir de très bonnes raisons de dire non. Mais on pourra en voir dans certaines circonstances.»  Comme quoi il n’y a pas qu’Amir Khadir pour parler des deux côtés de la bouche…

Minoritaire

Si Pauline Marois est élue à la tête d’un gouvernement minoritaire, scénario le plus probable, si le PQ est élu, elle n’aura qu’elle à blâmer. Avec la CAQ comme possible opposition officielle et un parti libéral aussi mal en point que son homologue fédéral, la partie politique promet d’être piquante, avec l’instabilité qu’un tel portrait afficherait. C’est non sans appréhension qu’il faudra se faire à la perspective de voir cette véritable Gaston Lagaffe de la politique québécoise devenir éventuellement malgré elle première ministre du Québec, après avoir mené la pire campagne qui puisse se concevoir. Pas de doute, si la chef du PQ devient chef d’État, on pourra dire qu’il existe définitivement un dieu pour les naufrageurs...

Dernière heure 

Et ça continue ! Pauline Marois a dû une fois de plus corriger le tir ce dimanche après avoir invité les conservateurs souverainistes à voter pour le Parti libéral du Québec (PLQ) ou la Coalition avenir Québec (CAQ) !  Quelqu'un pourrait-il lui faire prendre ses médicaments ?

9 commentaires:

Malthus a dit…

Imaginons un peu ce que voter pour Popo fera du Québec pour les 4 prochaines années!!!
Une premiere ministre qui change d'avis coome on change de chemise.
Une premiere ministre prête a faire "un grsnd colloque" sur la gratuité scolaire (alors que nous payons moins, même apres augmentation, que les reste de l'Amérique du Nord); une premiere ministre qui promet encore plus de ''places en garderie'' (more tax-money from us!) et, bien-sur, une attaque en bonne et due forme sur le porte-feuille de ceux qui génere de la richesse et des taxes- un belle grosse taxe sur le revenu pour ceux qui *osent* faire plus de 125,000$"!!
Créno du PQ: demeurez petits, minables et incapbles, on vous supportera- soyez productifs, riches et générateurs de richesse, on vous plumera!
Frog the PQ!
Vive la CAQ!

Olivier Kaestlé a dit…

Pauline pourrait-elle finir par surclasser en impopularité John James Charest lui-même ? Voilà un autre redoutable et facultatif exploit qui pourrait s'ajouter à son imposant tableau de chasse...

Anonyme a dit…

Je ne peux me resoudre a croire que la "castafiore" pourrait devenir premier ministre du Quebec...non mais quel peuple on fait a la fin....

Olivier Kaestlé a dit…

... Surtout après le Rastapopoulos que nous venons de subir pendant neuf ans. Au fait, quelqu'un peut-il me dire qui a élu ce triste personnage à trois reprises ? Depuis 2003, il me semble que je n'ai rencontré que des gens qui ne pouvaient sentir Jean Charest. Et pourtant...

Malthus a dit…

La sempiternelle queue-de-poisson politique Olivier: devoir voter pour le moins pire,même si on ne peut pas le blairer.
Tant que la joute se tramait entre les deux vieux partis, c'était ca ou jeter son vote vers un parti qui n'aboutirait a rien.
Mais la...
*****
Fait cocasse: une amie m'a fait parvenir la plateforme élecorale du PLQ de 1960. On pouvait y lire noir sur blanc "Gratuité scolaire totale- de la petite école a l'université inclusivement, pourvu que l'étudiant ait le talent et la volonté requis"
Leur slogan- "C'est l'temps que ca change"
lol!

Olivier Kaestlé a dit…

C'est un lieu commun de dire que plus ça change, plus c'est pareil, Malthus, à un détail près, si l'on considère l'énoncé de 1960 : "pourvu que l'étudiant ait le talent et la volonté requis"... De nos jours, ce n'est meme plus nécessaire !

Anonyme a dit…

Comme ca la "castafiore" juge que les gens avec un salaire de plus de 130,00.00$ "sont capable d'un petit effort supplementaire" pour justifier sa "tres brillante idee" d'ajouter 4 points d'imposition supplementaires, et de +7 pour les "plein" a 250,000.00$ et plus !! Journal de Montreal, 25 aout 2012, page 11. Me semblait que nous etions les plus imposes/taxes en amerique du nord, y a pas du menage a faire du cote de la fonction publique, ou bien des "explosions" de couts pour tout ce qui concerne ce que le gouvernement entreprends de travaux ?? Je ne vois qu'une explication, tant qu'a etre, ses ideologie feministe, par lesquelles passe indeniablement le besoin de piger dans la poche des ex-conjoints (hommes), ceci a surement eu pour effet de lui faire prendre comme habitude que de prendre a autrui ce qui ne vous appartient pas, ben....c'est pas grave a la fin, de toute facon, dans son chateau de Moulinsart, elle en rit a gorge deployee surement!! Non mais faut pas etre deconnectee a peu pres de la realite, Je prie Dieu tous les soirs que le PQ ne passe pas aux elections, please......

Anonyme a dit…

Pis tant qu'a y etre, sur un autre sujet: contrer le decrochage, facile !!! la maternelle a 4 ans. Ca mon vieux, y a rien de mieux que ca pour faire comprendre le gros bon sens aux kids de l'importance de l'ecole dans leur vie...comment cela se fait-il que seule la castafiore aie pu penser a ca....ah j'oubliais, c'est cette meme personne qui etait ministre de l'education, et qui pronait la reforme scolaire en education, un autre gachis signe Pauline Marois, et je peux temoigner de cette invention totalement debridee, mon plus jeune a eu toute les misere du monde avec la base (francais, maths, et baragouine l'anglais)pendant que mes deux plus vieux ont tellement bien reussi de leur cote. Le PQ pis sa bande de lologue, j'en ai assez vu, et subit !

Malthus a dit…

Mon grand rêve, c'est que ni la Castafiore, ni le le bon vieux John ne passe... et soient obligés de passer le flambeau a une autre génération. Un nouveau leader au PQ, et un autre au PLQ car soyons réalistes, s'ils foirent leur élection cette fois-ci, ni un ni l'autre ne fera vieux os dans leur parti respectif.
Je ne souhaite pas tant une victoire de la CAQ pcq je crois que Legault sera a la hauteur- loin d'être sur ca- mais bien pcq je souhhaite voir les vieux chateaux-fort tomber et se faire mettre au paturâge!
Passé 60 ans, tu devrais laisser les autres générations faire leur pays comme bon leur semble et non leur servir tes vieilles croutes idéalistes pour diner.
Frog Marois and her Parti Quétaine. Au rancart les vieux croutons! Du sang neuf, par pitié!