samedi 19 septembre 2015

La galanterie masculine, une « forme de violence et de possessivité », affirme une féministe…

Bon, la féministe en question étant Judith Lussier, il n’y a pas là de quoi se surprendre.  Rappelons qu’il s’agit de la bloggeuse qui, en juillet 2013, se disait « terrorisée », selon ses propres termes, à l’idée de circuler dans les rues avec sa jolie robe blanche, tant elle se sentait convoitée par le mâle désir hétérosexuel que son sex appeal affolant ne manquait pas de déclencher.  

Judith Lussier condamne la galanterie masculine...
Assez étrangement, ma blonde, très jolie femme à la taille de mannequin, arborait elle-même l'été dernier une très élégante robe blanche au décolleté seyant, sans se sentir le moins du monde victime d’attentions déplacées.  Peut-être ne réalisait-elle pas l’étendue de son oppression patriarcale ?  Loin de voir la gent masculine en prédateurs potentiels, me disait-elle, elle trouvait l’homme québécois très respectueux, pour ne pas dire inhibé, en raison de la muraille de soupçons de perversion et d’obsessions sexuelles que 50 ans de féminisme militant avaient construite autour de lui. 

Par delà Judith Lussier…

Les propos de Mme Lussier ne vaudraient pas une seule réplique si ils n’étaient pas représentatifs d’une mouvance lourde et insidieuse.  Plus inquiétant encore, il s’agit du point de vue d’une jeune femme qui s’inscrit dans le courant de ce que d’aucuns appellent désormais le néo féminisme.  En clair, il existe une relève au discours féministe dépassé que nous ne connaissons que trop bien depuis les années soixante.

Je précise que c’est en réponse à la lettre ouverte de France Picard, une citoyenne précisément lucide sur les dérives du féminisme, que Mme Lussier s’est sentie obligée de prendre position.  Mme Picard affirmait, parmi plusieurs constats pertinents :

«Les hommes ont perdu leur belle galanterie. Ils n'osent plus ouvrir la porte aux femmes, ils ont peur de se faire recevoir par une boutade. Dommage. »

Ce à quoi Mme Lussier a répliqué :

« Pour ce qui est de la galanterie masculine, je comprends qu’elle puisse vous manquer. Cependant, qu’est-ce que cela signifie réellement lorsque, dans une société, les membres d’un groupe d’individus ouvrent les portes, protègent et rassurent les membres d’un autre groupe quant à leur apparence physique? N’est-ce pas une autre façon de dominer affirmant sa supériorité? Ça vous paraît peut-être antinomique, pourtant, de nombreux chercheurs ont associé la galanterie à une forme de violence ou de possessivité. »

L'homme idéal, selon le néo féminisme...
Il faut le lire pour le croire !   
  
Alors, messieurs, réalisez-vous l’oppression que vous faites subir aux femmes dès que vous leur tenez la porte ou les complimentez sur leur apparence ?  Vous pouvez faire de même avec les hommes et les enfants, mais avec les femmes, oups !   Vous dominez ces petits être fragiles et sans défense en « affirmant votre supériorité » !  Ça ne prend vraiment pas grand chose pour écraser une femme dans l’optique de néo féministes comme Mme Lussier.  On peut même sans hésiter constater la misogynie de la bloggeuse quand on voit à quel point elle infériorise les femmes en leur prêtant une vulnérabilité misérabiliste et pathologique que la grande majorité n’a pas.

Comme bien des féministes, Mme Lussier reste très discrète sur ses sources quand elle cite ces conclusions farfelues qui auraient été émises par « de nombreux chercheurs » qui auraient « associé la galanterie à une forme de violence ou de possessivité. »  D’où sortent ces pseudos chercheurs ?  Du Conseil du statut de la femme ?  De la Fédération des femmes du Québec ?  De l’Institut de recherche et d’études féministes ?  du Regroupement québécois des Calacs ?  Existe-t-il encore une citoyenne ou un citoyen, doté d’esprit critique, qui prenne toujours à la sérieuse les élucubrations de ces instances ?

Les affirmations fumeuses de Mme Lussier transpirent la misandrie la plus primaire, ce qui en fait une misanthrope accomplie.  Quand on se montre à la fais misandre et misogyne, c’est l’humanité entière que l’on condamne, même en ayant l’air de vouloir sympathiser avec les « victimes » du patriarcat.

Ne reculant devant aucune incohérence, Mme Lussier affirmait néanmoins, quelques lignes plus haut, toujours en réponse à la lettre de Mme Picard : « Je connais plusieurs courants féministes, dont certains m’irritent plus que d’autres, mais aucun qui ne rabaisse les hommes. »   Les hommes étant  sans doute de par nature plus bas que terre, il doit par conséquent devenir impossible de les rabaisser, faut-il conclure, à la lumière du point de vue de la bloggeuse sur la galanterie masculine.  Parlez-moi d’une cohérence douteuse…

Mais c'est pas tout...

Le reste du texte de Mme Lussier regorge des sophismes prévisibles visant à présenter les femmes comme les éternelles victimes d’un patriarcat omniprésent.  Elle reprend les tyroliennes bien connues que sont la sous représentation des femmes en politique (On ne se demande jamais si les femmes ne seraient pas nettement moins intéressées par un domaine d’activité harassant, compétitif et agressant qui exige énormément de sacrifices au plan familial.); la tyrannie des tâches domestiques (On ne s’interroge jamais sur les travaux de bricolage, de plomberie, de menuiserie, d’électricité, de rénovations que les hommes effectuent plus souvent que les femmes.); les emplois à temps partiel (On présume encore que c’est toujours pour prendre soin des enfants, mais combien de femmes continuent, même quand les enfants sont d’âge scolaire, à travailler à temps partiel et à garder parfois le fruit de leur labeur quand Monsieur, qui travaille à temps plein, et parfois en surtemps, paie pour toutes les dépenses familiales.); la dissuasion présumée imposée aux femmes pour ce qui est des domaines d’emploi masculins tels que la construction, les sciences, les chiffres (Mme Lussier n’a apparemment pas entendu parler des programmes de discrimination positive favorisant l’inclusion des femmes en sciences, pas plus qu’elle ne semble au courant du programme, au secondaire, les filles et les sciences, un duo électrisant, ou des programmes universitaires Chapeau les filles et Excel Science.).

Oui, elles doivent s'exprimer !

Les féministes doivent pouvoir afficher leur « pertinence »...
Je lis souvent des commentaires à l’effet que les féministes radicales ne devraient pas avoir de tribune.  Je suis trop attaché à la liberté d’expression pour ne pas être fermement opposé à un tel point de vue, surtout après avoir vu mon blog fermé arbitrairement et abruptement par le Huffington Post.  Je dirais même mieux : plus les féministes misandres disposeront d’opportunités de s’exprimer, et plus vite le grand public prendra conscience de l’étendue des dérives de leur discours.  Tôt ou tard, nos dirigeants devront tenir compte de l’opinion populaire et faire les choix qui s’imposent, entre autres pour ce qui est du financement d'errances évidentes. 

Voilà un avantage certain d’une société démocratique dans laquelle même les points de vue les plus insensés doivent être exposés… pour mieux les contester !

3 commentaires:

Pierre Vachon a dit…

Que dire de plus,cet article es si bien écrit!
Bravo encore Olivier pour tant de maturité et de lucidité dans ton discours!

Olivier Kaestlé a dit…

Merci, Pierre ! ;-)

freehappybob a dit…

Olivier,
Avant tout, j'ai regardé votre entrevue au Franc-Tireur avec le vagineux Richard Martineau. Pour rendre mon commentaire cour, j'ai jubilé quand vous avez fini votre commentaire que les hommes sont tellement privigilier qu’ils décident de mettre fin à leurs jours!
Pour revenir sur votre article, je crois que ça fait au moins une décennie que je ne pratique plus la galanterie! Le risque d'être perçue comme misogeniste et de patriarche m'a faite arrêter. Aussi, ça ne PAYE PAS d’être le "good guy". Avec expérience, les femmes préfèrent les hommes "salaud". Si vous ne me croyez pas, simplement jaser avec les femmes et leurs demander à propos de leurs dernier amant. Elles vont tousse vous dire qu’ils étaient des hommes non fiable et détestable, mais, ses hommes a baissé ses femmes, et l'homme respectueux et gentils, bien ils écoutent la porno ou paie des professionnel.
Ses triste, mais ses la réalité. Au risqué de me reperter, SVP, les hommes, vous devez mettre vous en priorité avant les mesdames. Le jour que vous allez pratiquez ce comportement, vous allez être désirable pour ses femmes.