samedi 1 août 2015

Un avenir féministe à prendre à la sérieuse…

Que deviendrait le féminisme sans les activités thématiques captivantes qui jalonnent son parcours aussi audacieux qu’incertain ? Projetons-nous dans l’avenir, en 2030 par exemple, afin d’anticiper quels évènements significatifs les militantes qui se réclament de ce mouvement remarquable pourraient bien orchestrer…


Raël, gourou féministe.
C’est sous l’égide du féministe Raël, désormais reconnu par le Conseil du statut de la femme comme compagnon de route, qu’aura lieu, ce 23 aout, dans la région métropolitaine, le prochain mammothon ayant pour thème cette année L’égalité à l’heure de pointe. Plus de 5000 femmes aux seins nus et 1500 utérhommes à brassières multicolores et en talons hauts participeront à cet évènement si déterminant pour la lutte pour l’égalité.

Afin d’éviter certains débordements à la sortie des usines, repères allégués de « dudes » cis genres, hétéro-normatifs et trans-phobes, des escouades féminines policières suivront la procession qui s’amorcera à l’insolente tour phallique de l’université de Montréal. Le parcours reste inconnu, les organisatrices ayant refusé de collaborer avec le pouvoir patriarcal policier.

Certaines inquiétudes sur la sécurité de l’évènement ont toutefois été soulevées publiquement, d’autant plus tenaces que les organisatrices ont exigé et obtenu que les policières circulent sans matraque ni arme à feu, ces objets ayant été décrétés hétéro-phallocrates. Afin de calmer les esprits, le SPVM a affecté deux gardes du corps mâles armés par policière, ce qui permettra aux agentes de démontrer toute l’étendue de leurs compétences sans interférence indue de la part de badauds, de vandales, de brutes ou de terroristes.

On espère ainsi que les agentes de la paix auront les mains libres afin de prévenir certains incidents regrettables comme celui survenu l’an dernier alors qu’une femme de 69 ans avait trébuché dans un escalier public après s’être prise les genoux dans sa propre poitrine. 


Heureusement, l’infortunée n’a conservé aucune séquelle de l’incident, deux garçons âgés respectivement de deux et quatre ans s’étant providentiellement trouvés devant elle pour amortir sa chute. Nous n’avons jamais su ce qu’il était advenu des enfants, ni même s’ils ont survécu, les médias n’ayant pas jugé utile de s’informer de leur sort. Dans le pire des cas, deux futurs hétéro-normatifs de moins !

Dans le cadre de l’activité thématique Marrainez une femme loin de ses chaines, qui se déroulera pendant tout le mois de mars, le Conseil du statut de la femme encourage le public à se jumeler à une femme dans l’accomplissement d’une réalisation non traditionnelle ou homo-normative féminine, si modeste soit-elle, afin de tenir la main de celles qui osent secouer le joug du patriarcat hétéro-genré. 



Saluons cette performance de Mme Riendeau.
Ainsi, à Alma, Émérencienne Riendeau a réussi à monter une étagère Ikéa sans l’aide de son conjoint. Capucine Thétreault, de Drummondville, a passé une semaine entière sans maquillage, malgré le fait que son employeur, ne la reconnaissant pas, lui eût interdit l’accès de son entreprise durant tout ce temps. Il passera en cour lundi.

Enfin, Délima Lapointe, après s’être promenée en Mauricie en g-string et les seins nus à trois heures du matin entre un bar louche et un repaire de motards criminalisés, se remet peu à peu du viol collectif qu’elle a subi en plus des quelques 45 ecchymoses qui parcourent désormais son corps. Des représentantes du CSF, après lui avoir signifié que la pauvre n’était pour rien dans ce qui lui était arrivé, la faute incombant entièrement aux agresseurs, lui ont décerné un Lise Payette d’or, la plus haute distinction de leur organisme. « À bas la sécurité, vive la liberté ! » devaient scander des militantes à la femme terrassée.

Une nouvelle activité des plus novatrices a été mise sur pied par la Fédération des femmes du Québec dans le cadre de la Journée de lutte à la violence faite aux femmes, qui aura lieu cette année encore le 25 novembre. Son thème : Libérez une femme de son foyer ! Quand on sait à quel point les murs d’une maison où vit séquestrée une femme sous l’emprise d’un mâle hétéro et cis-genre peut devenir un tombeau de vocations, il devient primordial de sauver de pauvres êtres domestiques qui ne réalisent pas leur servitude.

Les militantes sont invitées à faire sortir, de force s’il le faut, ces prisonnières à domicile après un travail minutieux de repérage. Sont prévues comme activités : sommation au portevoix, home invasion au nom de l’égalité, womannapping et enrôlement auprès du plus proche bureau d’emploi afin d’assurer l’autonomie absolue de la femme libérée, en l’attente de sa pension alimentaire.

Enfin l’Association provinciale des utérhommes anonymes mais conscientisés (APUMC), qui regroupe ces ex hommes qui ont compris la pertinence des dogmes féministes auxquels ils souscrivent sans réserve, viennent de leur côté de lancer leur première semaine annuelle de renoncement à l’identité masculine, parrainée par l’ONU. On soulignera l’héroïsme de ces pionniers qui se démarquent de l’oppression de l’hétéro-normalité tout en comprenant que, faute momentanée de repères, ils ne savent plus où se mettre. 



Loin des stéréotypes hétéro-normatifs...
Ni même s’ils y parviendront. 


Sont prévues comme activités : séances publiques d’auto flagellation, défilés en robes et en jupes, soirées thématiques Tupperware incluant échanges de recettes de tofu, grandes marches en talons hauts au nom de l’oppression patriarcale, séminaires sur les tâches domestiques, counseling sur les soins de beauté du corps et de l’âme ainsi que sur la guérison par le patchouli et, enfin, colloque sur l’humilité et l’effacement au masculin.

C’est avec un émerveillement sans cesse renouvelé que j’imagine notre destin collectif en compagnie de nos militantes chéries et de leurs mâles serviteurs. Sans ces êtres engagés, il me semble qu’un grand vide envahirait mon âme, des heures d’amusement anticipées disparaissant à l’horizon. Qui a dit que le féminisme était incompatible avec l’humour ?

4 commentaires:

Anonyme a dit…

"Émérencienne Riendeau a réussi à monter une étagère Ikéa sans l’aide de son conjoint."

Whaouuuuu comment c'est éprouvant à monter une étagère Ikea ...

Anonyme a dit…

"Sont prévues comme activités : séances publiques d’auto flagellation, défilé"

Vous avez oublié aussi : "chérissement de bébés et développement de l'amour fusionnel entre un père et son enfant, avec greffe de mamelles pour faire téter le môme"

freehappybob a dit…

Non merci, et vous les hommes, vous voulez ça?

Vraiment?

Je ne peux pas croire qu'il a autan homme tapis qui vie l'applenventrisse

Olivier Kaestlé a dit…

Et pourtant... ;-)