mardi 7 février 2017

Alice Paquet : faudra-t-il un mouvement « Gerry, on te croit !» ?

L’idée a été lancée en boutade par un ami Facebook mais je l’ai trouvée géniale.  Car enfin, le directeur des poursuites criminelles et pénales n’a pas fait qu’abandonner, faute de preuves, toute poursuite à l’effet que le débuté libéral Gerry Sklavounos aurait violé Alice Paquet.  Il a clairement décrété « qu’aucun acte criminel n’a été commis».  Aucun, c’est aucun.  Est-ce assez clair ?

Faudra-t-il un mouvement de soutien envers Sklavounos ?
Et il est difficile, compte tenu des nombreux mensonges et incohérences qui n’ont cessé de jalonner les interventions médiatiques confuses d’une Alice Paquet visiblement perturbée – ou téléguidée par des groupes féministes -, d’en arriver à une autre conclusion.  À moins d’être soi-même féministe, bien sûr… 

L’unique prétendue évidence, à l’effet qu’une trousse médicale aurait été utilisée lors d’un séjour à l’hôpital suivant la présumée agression et que des points de suture auraient été nécessaires, a été réfutée par Alice Paquet elle-même !  Il s’agissait du seul élément de preuve qui aurait pu donner un tant soit peu de vraisemblance à son témoignage biodégradable.

L'obsession du déni.

Évidemment, nos trésors de féministes, aux yeux de qui les pires menteuses deviennent des victimes, pourquoi pas des survivantes, n’allaient pas rester les bras croisés et admettre le bien-fondé de la décision du DPCP.  Rappelons-nous du soutien injustifié et inexcusable du Conseil du statut de la femme et du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles envers les trois menteuses qui ont impunément ruiné la carrière de Jian Ghomeshi et qui, là aussi, ont refusé d’admettre le bien-fondé du verdict d’acquittement de l’ex animateur vedette.

Parlant du RQCALACS, ce dernier reste plus que jamais l’obligé de Paquet, après que celle-ci ait si fortement contribué à lui faire obtenir la part du lion d’une subvention de 26 M $ non prévue et octroyée par la ministre responsable de la Condition féminine, Mme Lise Thériault.  Un retour d’ascenseur envers leur égérie reste la moindre de courtoisies et explique sans doute en partie le déni de réalité de sa porte-parole à l’annonce de la décision du DPCP :

Alice Paquet, l'égérie du RQCALACS
«C'est toujours des nouvelles qui sont reçues difficilement», avoue au bout du fil Stéphanie Tremblay, porte-parole du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS). «On en a soutenu une et une autre survivante qui a eu ce genre de verdict ou aucune accusation n'a été posée. On persiste avec le même message : on vous croit. (…)  Il ne faut surtout pas confondre absence d'accusation et innocence dans des cas comme celui d'Alice Paquet et Gerry Sklavounos, met en garde Mme Tremblay. »
Avez-vous bien lu la déclaration du DPCP, Mme Tremblay : « Aucun acte criminel n'a été commis. »  Aucun, ça veut dire… aucun.  On parle bel et bien d’innocence !
En proie à une intense fixation idéologique, la militante en rajoute : «Il n'y a pas d'accusations pour la simple et unique raison que les procureurs n'ont pas assez de preuves. »
Désolé, Mme Tremlay, le DPCP n’a pas parlé d’absence de preuves, il a clairement dit : « Aucun acte criminel n’a été commis. »  Aucun, ça veut dire aucun.  Compris ?
Incapable, elle aussi, de faire face à la réalité, la députée de Québec solidaire, Manon Massé, persiste à croire une menteuse ou mythomane avérée et va jusqu’à s’opposer au retour de Gerry Sklavounos à l’Assemblée nationale !  Voici ses motifs :

« Je pense qu'il n'a plus la confiance des femmes, a dit Mme Massé. J'imagine que les femmes de sa circonscription - et plus largement les femmes et les hommes, je ne dis pas que c'est le propre des femmes - sont légitimes de se poser bien des questions lorsqu'on sait qu'on entend dans l'espace public les moeurs de M. Sklavounos. »
Manon Massé : dissonance cognitive...
Si je traduis la « pensée » de Mme Massé, « la confiance des femmes de la circonscription de Sklavounos » et les « questions (…) qu'on entend dans l'espace public », en clair, des états d’âmes et de vulgaires cancans, doivent l’emporter sur une enquête rigoureuse et un examen attentif d’une cause éminemment médiatisée ?  L’émotion, voire le fanatisme, doit primer sur la raison ?  Et qui lui dit qu’une majorité de femmes de la circonscription du député partage ses lubies ?
Et c’est reparti pour la « culture du viol » !
Affligé du même divorce d’avec les faits, le groupe Québec contre les agressions sexuelles organise une – nouvelle – manifestation contre « la culture du viol » ce mois-ci.  Voici ses positions :
« Nous en appelons donc à la mobilisation, car il est temps que les décideurs changent leur mentalité et que des hommes politiques comme Gerry Sklavounos ne puissent plus jamais déclarer que “cette affaire” est maintenant “close”, car c’est faux. Ce problème sociétal qui se nomme culture du viol n’est pas terminé», peut-on lire sur la page Facebook de la manifestation. Près de 1000 personnes se disent «intéressées» à prendre part à ce rassemblement près du parlement. »
Non, Mesdames les organisatrices, le problème sociétal que vous appelez « culture du viol » n’est pas terminé, pour la simple et bonne raison qu’il n’a jamais commencé au Québec.  Au fait, ça vous tenterait pas de manifester contre l’excision, les femmes et les homosexuels battus, vitriolés, lapidés, les mariages forcés ou pédophiles, contre la négation de la dignité des femmes dans certains pays dont vous soutenez la culture misogyne et homophobe, cette culture même, infiniment plus compatible que la nôtre, avec votre « culture du viol » ?
Ce n’est pas en appui à des menteuses comme les plaignantes de Jian Ghomeshi ou Alice Paquet qu’il faudra bientôt organiser des manifestations, mais bien en soutien aux victimes d’accusations mensongères soutenues par votre féminisme malveillant et délirant.  Sklavounos devrait vous poursuivre pour diffamation, vu votre acharnement à le salir et à détruire sa carrière politique.  À quand une manif « On te croit, Gerry ! » ?

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Une manif pour emmener ses femmes devant la justice qui ont faites des fausses accusations....

Il serait plus que temps. Et j'y serais CERTAINEMENT.......

Serge Naud

Anonyme a dit…

Gerry, on te croit!

Anonyme a dit…

Même consentant, toutes les relations sexuelles sont des viols. C'est la définition féministe.

Les gars, les choses vont changer lorsque les robots-sexuelle vont arriver, en ce moment, au Japon, le fournisseur de ses machines-la ne fournis plus. Les hommes aiment mieux investir plusieurs milliers de dollars que d’investir à perte sur une femme.

Même je ne serais pas surpris que les féministes voudront que l’état adopte des lois pour rendre la chose illégale, pcq, le sexe masculin n’a pas le droit au sexe. Seulement les femmes et 19 autres types de genre ont le droit. Surtout les femmes à moustache !

Olivier, please, I'm begin you, no more Manon Masse close-up!

FreeHappyBob


Lina M a dit…

Dommage que les media de mass no couvre pas les "vrai" viol;

https://www.youtube.com/watch?v=SFYVwqVbimM

Anonyme a dit…

Les femmes vont pleurer sur le féminisme et la perte d'enfants et la perte d'hommes pour les générations à venir…