jeudi 1 juin 2017

La violence sexuelle féminine, six fois plus répandue qu’on le croit…

Franca Cortoni ne se fera pas des amies parmi les groupes féministes.  La chercheuse et psychologue spécialisée en agressions sexuelles de l'école de criminologie de l’université de Montréal vient de lancer une véritable attaque frontale contre l’angélisme doctrinaire qui présente inlassablement les femmes comme des êtres inoffensifs à jamais voués au statut d’éternelles victimes des turpitudes sexuelles masculines. 

Franca Cortoni, « hérétique »
Imaginez, l’hérétique vient de publier une recherche qui établit que la violence sexuelle des femmes est six fois plus répandue que ce qu’on imagine.  

À notre époque où les perroquets journalistiques nous radotent que la violence conjugale reste un phénomène majoritairement masculin malgré quatre enquêtes sociales générales de Statistique Canada qui en démontrent la parité, l’étude de Mme Cortoni représente une fissure additionnelle dans le granit d’un stéréotype persistant.

Sûr, mesdames, que la violence conjugale masculine est plus lourde que sa contrepartie féminine, mais elle n’est pas plus répandue pour autant.  Vous pouvez maintenant retourner à vos lazy-girls…

Au cas où vous voudriez vous en prendre à la méthodologie de l’enquête, sachez que les travaux de Mme Cortoni résultent de deux ans de recherches parmi les chiffres officiels des corps policiers et des systèmes judiciaires de 12 pays dont le Canada, les États-Unis, la France, la Norvège et l’Australie. S’ajoute à ces démarches une compilation des données sur la victimisation du genre des ESG de Statistique Canada qui vous arrachent si souvent le sourire…

Des chiffres et des témoignages…

Citée par Le Devoir, la chercheuse affirme : « Dans les données officielles, on constate qu’environ 2 % des crimes sexuels rapportés à la police sont commis par des femmes. Mais quand on demande aux victimes le sexe de leur agresseur, on est à 12 % .»

Elle précise : « On a également fait des calculs basés sur le sexe de la victime. Ainsi, 40 % des victimes masculines disaient que leur agresseur était une femme, alors que 4 % des victimes féminines disaient avoir été agressées par une femme. »

Mme Cortoni dément cependant  l’hypothèse de l’émergence soudaine d’une nouvelle criminalité féminine : « Mon interprétation, c’est que les gens commencent à se donner la permission d’en parler, ce qu’ils ne faisaient pas avant. Nous savons parfaitement bien que ça existe et que des victimes de femmes sont négligées. »

La chercheuse déboulonne également le mythe de la femme contrainte par son conjoint ou souffrant d’importants problèmes de santé mentale. Ces stéréotypes ont pour conséquence que l'agresseuse n’est pas tenue responsable de ses actes et dirigée vers le système de santé plutôt que vers le système judiciaire.

L'universitaire précise : « On sait aujourd’hui qu’une grande proportion d’entre elles choisissent de s’engager de leur plein gré et que certaines pouvaient même entreprendre les agressions. Mais on est vraiment au début des recherches. Il y a des choses qui commencent à se dessiner, mais on est loin d’avoir la compréhension qu’on a pour les hommes, sur lesquels on fait des recherches depuis des décennies.

Roxane Auger-Lapointe : 15 présumées victimes...
Dans cette foulée, Mme Cortoni dénonce le deux poids, deux mesures, dans les perceptions selon le sexe de l’agresseur et celui de la victime : « Il y a un changement qui se fait graduellement dans la société. Si on prend l’exemple d’un enseignant de 35 ans qui s’engage dans des contacts sexuels avec une fille de 14 ans, personne n’hésite à dire que ce n’est pas correct. Mais quand on tourne ça à l’inverse, une femme avec un garçon, on dit “Mais oui, mais les garçons aiment ça”. »

Les politiques pénales doivent être réévaluées à la lumière de ces découvertes, soutient Mme Cortoni, dont cette déclaration conclue fort à propos l’article du Devoir : « Il faut qu’il y ait une reconnaissance du fait qu’il y a des femmes qui commettent des agressions sexuelles, que ça existe et que ça a toujours existé. Présentement, il y a des victimes qui ne sont pas reconnues et, franchement, comme société, on leur doit au moins ça. »

Mieux vaudrait tard que jamais.  Notez le conditionnel...

4 commentaires:

Suzanne Cantin a dit…

"La chercheuse déboulonne également le mythe de la femme contrainte par son conjoint ou souffrant d’importants problèmes de santé mentale. Ces stéréotypes ont pour conséquence que l'agresseuse n’est pas tenue responsable de ses actes et dirigée vers le système de santé plutôt que vers le système judiciaire." J'ai presqu'envie de donner un nom!!! Un cas véritable où il était clair que l'agresseuse était coupable de complicité de crimes sexuels, mais que tel que décrit, la justice l'a gentiment retourné chez elle avec ses victimes (ses enfants), en prétendant qu'elle était victime de l'emprise de son conjoint. Lui, il y a goûté pour 2 (quoi qu'il le méritait). Mais pour obtenir de véritables changements dans l'application de la loi en matière de crimes sexuels au féminin, il faudra établir clairement qu'en criminalité, il n'y a pas de genre, il y a seulement un crime. Merci pour ce texte Olivier :-)

Olivier Kaestlé a dit…

Oui, il faudrait, raison du conditionnel de ma conclusion... Merci de ton commentaire, Suzanne. ;-)

Prof Solitaire a dit…

Un peu d'espoir à l'horizon? Le vent commence-t-il ENFIN à tourner lentement pas vite? Assistons-nous enfin à un retour du balancier?

Quoi qu'il en soit, excellent billet, comme toujours, cher collègue. Merci de nous en parler!

Anonyme a dit…


Droits égaux, combats égaux. Malheureusement, les femmes de nos jours sont simplement choyées!