jeudi 31 décembre 2009

Les mâles et leurs maîtresses

À notre époque où nous dépistons avec une telle aisance le sexisme derrière les mots, il est surprenant de constater que certains d’entre eux résistent à toute sensibilisation.  Si la féminisation gagne du terrain et que nous parlons couramment de policières, d’écrivaine, de bouchère, de mairesse ou de conseillère, il nous arrive d’être confrontés à des impasses, lorsque nous cherchons par exemple une équivalence à « homme public » pour désigner nos politiciennes.  On comprendra ce que l’expression « femme publique » recèle d’ambiguïté.

Certains archaïsmes perdurent par ailleurs sans que personne ne songe à les enrayer.  Si le fait de désigner une femme du nom de « femelle » aura vite fait de déclencher une indignation spontanée, nous trouvons tout à fait normal, à notre époque, d’attribuer aux hommes le vocable de « mâles », sans que personne ne s’en offusque. Dans la même optique, nous jugeons tout aussi pertinent de parler de « maîtresse » pour désigner une amante, légitime ou adultère.  Si une femme vantait avec passion les mérites de son « maître », nous aurions vite fait de voir en elle la victime d’un patriarcat oppresseur et décadent.

Force est de constater qu’à l’époque d’internet et de l’énergie éolienne, nous n’avons pas réussi à dépasser un stade pour le moins animalier, dans le choix de nos mots, pour définir les rapports entre les sexes.  La maîtresse peut en toute quiétude promener son beau mâle dans notre charmante province. Le Québec est exemplaire, paraît-il, dans la lutte aux stéréotypes.

Les métaphores douteuses ne s’arrêtent pas là.  Qui n’a jamais entendu une femme ayant renoué avec une ancienne flamme confier qu’elle l’a « repris ».  On imagine presque madame allant chercher son mâle chez le vétérinaire, après son toilettage du printemps.  Dans un tel cas de figure, l’expression  « reprendre le collier » pourrait revêtir, pour la gent masculine, un sens aussi inusité qu’impromptu.

Nos voisins du Sud peinent aussi à percevoir les hommes comme des personnes.  Il y a quelques années, une psychologue américaine publiait un bouquin sur la psychologie masculine où elle décrétait que si, comme chacun sait, les hommes laissent traîner leurs bas et sous-vêtements usagés à travers le salon ou tout autre espace communautaire, c’est à seule fin de marquer leur territoire et d’éloigner tout mâle rival susceptible de convoiter leur femme ou leur maîtresse. 

Nul ne sait si cette « spécialiste » a écrit son livre sous l’influence de psychotropes légaux ou illicites, ni si elle a suivi depuis une thérapie, qu’importe la nature.  Nous ne pouvons que fortement lui recommander cette dernière avenue.

Alors que l’homme whippet semble une piètre alternative aux hommes roses, métrosexuels ou autres übersexuels, surgis de l’imaginaire survolté de grandes prêtresses d’un jour, une évolution du langage respectant la personne masculine devient plus que jamais une perspective digne d’intérêt.

21 mai 2007 

Ce Rétrolivier est paru dans Cyberpresse du 22 mai 2007, dans Le Nouvelliste, édition week-end, du 26-27 mai 2007 et dans La Presse, section À votre tour, du 9 juin 2007.

2 commentaires:

Yann Takvorian a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Olivier Kaestlé a dit…

Beaucoup de vrai dans ce que vous dites vous aussi, Yann, avec un bémol sur votre dernière affirmation. Je ne crois pas que la femme soit dénuée de génie, mais que, dans les sphères où l'homme s'est toujours illustré, celles des grandes réalisations, elle est vouée à continuer à se voir dépassée, peu importe le discours démagogique féministe qui attribue cet écart au complot patriarcal millénaire qui soi-disant mine ses immenses possibilités.

Et c'est la faiblesse qu'ont les féministes de penser elles-mêmes que les femmes sont inférieures parce qu'elles ne réalisent pas autant que les hommes. Leur intelligence relève de l'irrationnel et de l'inquantifiable, domaines plus abstraits et insaisissables. Ça ne veut pas dire que cette façon de voir n'est pas aussi valable que la nôtre et c'est peut-être dans sa reconnaissance que nos idéologues à gogo pourraient enfin se réconcilier avec leur condition de femme, au lieu de vouloir en faire payer aux hommes ce qu'elles considèrent comme des limitations.