jeudi 28 juin 2012

Doc Mailloux : tout Musulman n'est pas islamiste...

De tout temps, a existé une catégorie de personnalités, ou devrais-je dire, de personnages, particulièrement doués pour faire parler d’eux, que ce soit par la controverse qu’ils suscitent, l’originalité - pour ne pas dire l’excentricité - des points de vue qu’ils expriment, et les passions qu’ils déchaînent sporadiquement, comme si le besoin de se retrouver dans l’œil du public leur était devenu avec le temps une drogue dont ils ne peuvent se passer. J’avais déjà évoqué le cas d’Amir Khadir, se faisant arrêter lors d’une manif illégale, avant de déclarer qu’il avait agi, ce faisant, comme Martin Luther King et Gandhi l'auraient fait. Ces faits et gestes ne sont bien sûr pas passés inaperçus. C’est au tour cette fois du fabuleux Doc Mailloux d’attirer sur lui les feux des projecteurs, comme les foudres de ses détracteurs, en discourant notamment sur… Amir Khadir.

Le doc Mailloux
C’est en effet le 15 juin dernier, à l’émission Show Tard, animée par Mario Tremblay, sur les ondes de Radio X, que le controversé psychiatre allait déclencher un nouvel incendie médiatique. Débutant son intervention par une affirmation à l’effet que ce n’était pas tant le député de Mercier que sa culture arabe – or, Khadir est Iranien - qui l’indisposait, Mailloux allait ensuite s’en prendre cette fois à la communauté musulmane par des propos aussi réducteurs que flamboyants. « J’ai une hantise pour les Arabes, devait-il affirmer dans son style coloré, pour la culture maghrébine, pour moi, ce sont des peuples profondément tarés. »

N’hésitant pas à innover, avec l'étonnant concept de « cannibalisme familial », il allait préciser sa perception : « C’est du cannibalisme familial, pas au sens propre, mais ça se dévore littéralement, ça a aucun respect. » Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le psy en rajoutait, dénonçant ce qu’il estimait la situation de répression sexuelle vécue par les femmes dans les familles musulmanes. Les hommes de cette religion se nourriraient littéralement de l’oppression qu’ils leur infligent. Charmant portrait de famille.

Si seulement Mailloux s’en était tenu à dénoncer d’aussi excessive et grandguignolesque façon l’islamisme, la déviance politique, issue de l’islam, la religion, et avait fustigé la charia, fer de lance des intégristes et véritable instrument d’oppression envers les femmes, ses excès de langage, non seulement auraient été excusables, mais seraient mêmes devenus pertinents, à défaut de briller par l'élégance. En mettant tous les Musulmans dans le même sac, Mailloux n’aura réussi qu’à paraître aussi raciste et ignare que ses détracteurs l’affirment. Voilà un comportement indigne d’un spécialiste de la santé mentale, doublé d’un animateur disposant d’un pouvoir d’expression publique.

Islam et islamisme

Mode islamiste : le niqab.
Sans excuser le psychiatre, il faut toutefois admettre que la distinction entre islam et islamisme n’est pas évidente pour un grand nombre de personnes, peut-être une majorité. Même le dictionnaire Robert et le Multi dictionnaire de Marie-Éva De Villers définissent de façon trompeuse l’islamisme comme étant la religion des Musulmans. Le Multi dictionnaire ajoute cependant un deuxième sens : « Mouvement religieux préconisant l’islamisation complète de la vie politique, sociale, économique, etc. » (p. 821). Wikipédia véhicule cependant des définitions plus susceptibles d’éclairer le profane sur cette question épineuse. Les voici :

L’islam, selon cette source, se définit ainsi : « L'islam (arabe : الإسلام) est une religion abrahamique articulée autour du Coran, que le dogme islamique considère comme le recueil de la parole de Dieu (arabe : الله, Allah) révélée à Mahomet, considéré par les adhérents de l'islam comme le dernier prophète de Dieu2, au viie siècle en Arabie. Un adepte de l'islam est appelé un musulman. L'islam a pour fondement et enseignement principal le tawhid (monothéisme, unicité), c'est-à-dire qu'elle revendique le monothéisme le plus épuré où le culte est voué exclusivement à Dieu. »

Or, même si le concept de charia, traduit comme « le chemin pour respecter la loi (de Dieu )», est évoqué dans le coran, « le niveau, l’intensité et l’étendue du pouvoir normatif de la charia varient considérablement sur les plans historiques et géographiques1. » Une telle latitude, dans l’interprétation de règles de vies censées régir « à la fois les aspects publics et privés de la vie d’un musulman, ainsi que les interactions sociétales » semble bien avoir ouvert la porte aux excès commis par les intégristes radicaux qui se réclament de l’islam depuis le siècle dernier. 

Ainsi, toujours selon Wikipédia, « L'islamisme est un courant de pensée musulman, essentiellement politique, apparu au xxe siècle. L'usage du terme depuis sa réapparition dans la langue française à la fin des années 1970 a beaucoup évolué1,2. Il peut s'agir, par exemple, du « choix conscient de la doctrine musulmane comme guide pour l’action politique »3 - dans une acception que ne récusent pas certains islamistes - , ou encore, selon d'autres, une « idéologie manipulant l'islam en vue d'un projet politique : transformer le système politique et social d'un État en faisant de la charia, dont l'interprétation univoque est imposée à l'ensemble de la société, l'unique source du droit »4. C'est ainsi un terme d'usage controversé. »

Mahomet
Que de chemin parcouru entre la religion islamique, dont le dernier prophète, Mahomet, a vécu au 7e siècle, et l’islamisme, « essentiellement politique », apparu au 20e siècle. Des deux définitions proposées de l’islamisme par Wikipédia, c’est sans hésiter la deuxième que je choisis comme la plus adéquate, soit celle d’une « idéologie manipulant l’islam en vue d’un projet politique ». Est-il besoin de se faire spécialiste des questions musulmanes pour constater l’impact dévastateur de cette déviance sur les femmes du Moyen-Orient, d’Asie du Sud-Est ou d’Afrique du Nord ? L’Arabie Saoudite, l’Afghanistan, l’Iran ou l’Irak ne défraient-ils pas suffisamment la manchette par les interdits vestimentaires, professionnels, sociaux, ou légaux infligées aux musulmanes, sans compter les mauvais traitements, la torture et la lapidation autorisés par la charia ?

Comment s’aliéner des alliés 

Des porte-parole d’organismes musulmans à s’être insurgés contre les propos – à nouveau – controversés du doc Mailloux, Tarek Fatah, dont le moins qu'on puisse dire est qu’il ne correspond en rien au profil de l’intégriste musulman, ne manque pas de retenir l’attention. Ayant à de multiples reprises interpellé les pouvoirs politiques afin de préserver notre société des dérives de l’islamisme, le fondateur du Congrès musulman canadien y est allé d’une position sans ambiguïté sur les propos du psychiatre : « Il n’y a pas de place pour le racisme dans le discours public et ce n’est certainement pas la manière de tenir un débat politique dans une société démocratique telle que le Québec. »

Dommage pour Mailloux, qui aurait probablement approuvé, du moins en partie, les dénonciations du militant musulman, tenues en juin 2011 à Toronto, dans le cadre de Ideacity 2011 : « Ne sacrifions jamais tous ces acquis (sociaux) au nom de la diversité ou de la tolérance. Ne tolérons pas cet islamo-fascisme et son sectarisme. Par ailleurs, j’appelle cette fausse tolérance le «racisme de l’attente minimaliste» quand on sous-entend en fait «oui, tous les êtres humains sont égaux, mais ces pauvres musulmans ne sont peut-être pas aussi développés que les autres êtres humains, alors on va leur mettre la barre un peu plus bas». Voilà un préjugé infériorisant du même tonneau que ceux de Mailloux.

Tarek Fatah
Fatah ne ménage pas non plus les féministes, si incohérentes à propos de l’oppression infligée aux musulmanes : « Si un type bat sa femme et tue sa fille, on ne va même pas appeler cela un crime d’honneur, ces choses se passent ici à Toronto. Quand Aqsa Pervez a été tuée, j’ai même entendu des groupes de féministes dire «Non, ce n’est pas un crime d’honneur», alors que disent-elles quand on sait que 500 000 femmes sont tuées chaque année (sic !) ? Si un homme plaide coupable d’un crime d’honneur il reçoit la moitié de la peine qu’il aurait eue pour un autre crime

« Et pourtant, il existe des organisations féministes dans notre ville qui me qualifient de fou ou de fanatique d’extrême droite ou d’agent sioniste, pour avoir osé élever ma voix devant le cadavre d’Aqsa Pervez ! » Étonnant…

Eh oui, il suffit de critiquer l’islamisme, pour se voir taxer de xénophobe, le féminisme, pour se voir traité de misogyne, Amir Khadir, pour devenir un mercenaire à la solde de Jean Charest, les abus syndicaux, pour se métamorphoser en suppôt du néolibéralisme.

Pire qu’un coup d’épée dans l’eau.

C’est à cause de ce perpétuel chantage idéologique reposant sur pareils procès d’intention que les maladresses d’un doc Mailloux nuisent aux fléaux qu’il cherche – à supposer que ce soit le cas – à dénoncer. Loin de faire avancer quelle cause que ce soit, ces prises de position catastrophiques sont vite récupérées par les intégristes les plus nuisibles qui peuvent alors, devant ce racisme pataud, jouer aux victimes de l’intolérance de notre société arriérée, voire « tarée ». Dans pareille optique, les propos du doc Mailloux deviennent pire qu’un coup d’épée dans l’eau. Ils contribuent à perpétuer la barbarie primaire et oppressive dont le psy se fait malgré lui – du moins, je présume - un idiot utile.

12 commentaires:

Alain a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Alain a dit…

C'est le commentaire supprimé, les fautes en moins... Désolé.

Le doc Mailloux est un personnage doué d'un intellect apte à faire la part des choses. Lors de son dernier passage à TLMEP, il avait affirmé que le QI moyen des noirs américains se trouvait sensiblement inférieur à celui des blancs.

L'affirmation fait sursauter mais il a évoqué une cause plausible pour expliquer son affirmation: Les propriétaires d'esclaves se "débarrassaient" des individus qui représentaient une menace à la survie de l'esclavage, appauvrissant ainsi leur hérédité.

Depuis l’abolition de l'esclavage, devrait-on s'être attendu à ce que la génétique noire (ou mulâtre) se soit à nouveau enrichie au point de rattraper le retard provoqué? Les unions que ces nouveaux citoyens ont contractées avec des blancs et des blanches ont sûrement aidé à rehausser ce point de leur génétique. Sans compter qu'il devait y avoir, à l'époque, des Noirs suffisamment brillants pour adopter le profil bas que leur condition nécessitait, surtout si leurs maîtres savaient reconnaître leurs compétences.

Vous-même, Olivier, nous avez livré un petit traité de vulgarisation de l'islam. Le doc aurait pu facilement aboutir au même résultat de recherche que vous en autant de temps... Il a préféré l'éclat de l'action généralisatrice à la lumière de la connaissance. C'est le choix qu'il a posé, Espérons qu'il en acceptera les conséquences.

Alain

Anonyme a dit…

Les Blancs et leur QI!!!

Se retrancher derrière de fumeux tests de QI pour masquer les crimes commis par les blancs sur d'autres peuples de la planète est bien une façon de faire de blancs véreux et stupides.

Olivier Kaestlé a dit…

Vous dire mon scepticisme quant aux études américaines sur le QI des Noirs ! Trop d'experts, réels ou improvisés, se sont vu dénoncés comme racistes et leurs études, qualifiées de biaisées ou farfelues, pour que j'y souscrive.

Pour ma part, je crois que la contre-performance, bien réelle, académique et professionnelle des Noirs, particulièrement aux États-Unis, où l'accès aux études supérieures demeure beaucoup plus limité que chez nous (une réalité à méditer pour certains...), demeure attribuable à des facteurs sociaux et économiques incontournables. Je ne saurais dire si cette avenue a été envisagée par le doc Mailloux...

Alain a dit…

Mise au point:

Je ne voulais pas lancer le débat sur le QI des Noirs américains. J'ai eu le privilège, et l'immense plaisir, de travailler avec quelques-uns, lors de mon séjour au Michigan, voilà une quinzaine d'années.

Je voulais simplement souligner que le doc Mailloux a l'heur de choisir les sujets de controverse où il développe un argumentaire, ou un discours, qui aurait avantage à être un peu plus fouillé et étoffé. C'est l'absence de nuance dans ses propos... Vraiment.

Olivier Kaestlé a dit…

Absolument d'accord, Alain. Il n'aurait fait que remplacer "Arabes" par "islamistes", et ça aurait complètement changé la donne et permis un débat d'autant plus intéressant qu'il devient nécessaire.

michel boissonneault a dit…

pour moi , un bon musulman est celui qui dénonce les erreurs
commis par les autres musulmans
comme les attentats et toute forme
de violence car lorsque l'ont garde
le silence alors ont consent a perpétué cette violence mais lorsque les gens sont debout face
a cette violence , musulman où autre alors ont peux vivre tous ensemble

Olivier Kaestlé a dit…

Il est vrai que le concept de majorité silencieuse reste tout aussi valable pour les Musulmans que pour nous. Étant donné le degré de fanatisme des islamistes (hier encore, j'ai eu affaire, soit à l'un d'eux, soit à l'un de leurs supporters), je comprends, sans tout à fait l'excuser, la discrétion du grand nombre sur les excès de l'islam politique.

Anonyme a dit…

Le concept de "majorité silencieuse" est inextricablement lié à la culture qui l'enfante. Il faut donc s'imbiber de cette culture pour avoir une idée de ce que silence comporte.
Je me suis tapé le Coran pour justement m'imbiber de cette culture (musulmane) et je crois pouvoir affirmer sans grande crainte de me tromper que la majorité silencieuse mulsulmane ne tiendrait pas des propos qui nous plairaient dut-elle se faire entendre.
Nous existons dans deux mondes totalement étrangers, particulièrement en ce qui touche l'équité et les droits de la personne. Pour avoir cotoyé et co-habité avec plusieurs musulmans, d'Afrique autant que d'Asie, hommes et femmes, j'ai pu expérimenté de première main cet écart culturel. Même avec des universitaires modérées, je devais me "battre" pour qu'on me laisse faire ma propre bouffe, ma vaisselle ou mon ménage. Ce n'était pas une tâche d'homme, ca.
Dans les camps de refugiés africains, les hommes sans famille doivent se cacher pour se faire à manger, à cause de la honte.
Loin de moi l'idée d'insinuer que les musulmans sont "mauvais" et que nous sommes "bons" mais bien que nos deux cultures, par delà la politesse urbaine et la courtoisie de voisinage, sont souvent incompatible.
Sachant aussi que le Coran tient toute réforme pour hérétique, il est difficile de ne pas prévoir un éloignement entre nous, plutôt qu'un rapprochement.
Le Doc Mailloux n'est qu'un symptome d'un clivage beaucoup plus profond.

Malthus

http://coranweb.free.fr/coran/004.htm

Anonyme a dit…

J'ai du choisir parmi des dizaines et des dizaines de croyances, car il y en a beaucoup. J'en ai choisi une et ce n'est pas l'Islam. Mais pour les gens qui ont baigné dans cette culture, ils ne choisissent que l'Islam, qui leur est imposé d'ailleurs. Mais une personne qui a le choix et qui choisi l'Islam a assurément besoin d'une très bonne psychothérapie. Et cela pour plusieurs raison.

En théorie, tout musulman est islamique, mais pas nécessairement terroriste.

Serge

Anonyme a dit…

La thèse que les noirs les plus intelligents ont été éliminés pourrait expliquer bien des choses. Mais cela est vrai pour toute race.

N'oublions pas qu'un enfant intelligent peut devenir un abruti s'il est placé dans un environnement abrutissant et vice versa. Serge

Anonyme a dit…

"tout Musulman n'est pas islamiste..."

TOUTE RELIGION EST UN SIDA DE L'ESPRIT.

Ce n'est pas Mailloux qui a parlé du QI moyen plus bas que celui des blanc ou des jaunes. Mailloux a dénoncé le mépris de Larrivée de l'U de M qui transmettait cette idée dans ses cours en éducation spécialisé.

Mailloux a expliqué que les trafiquants choisissaient les esclaves les plus aptes aux travaux manuels, ce qui se traduisait par l'effet dénoncé. Cela ne signifie pas que dans leur milieux naturel le QI moyen ne soit pas égal aux blancs et aux jaunes.

Ces sociétés sont en général toutes matriciennes.

Ces tests de QI ont toujours été développés par et pour des WASP qui se prennent pour les descendants des Romains.

Un dernier point que personne nulle part ne soulève. Les femmes font que l'Islam est comme il est. Là comme ailleurs, elles ont la charge des enfants et elles en font des misogynes.

Votre page FB fait état d'une député française d'origine marocaine qui est l'objet d'un mandat d'arrestation pour avoir désobéie au code criminel du Maroc en ayant un enfant hors mariage. C'est un comportement matricien.

Finalement, vous habitez Trois Rivières, je vous suggère de prendre rendez-vous avec Pierre Mailloux et de tentez d'appréhender l'univers de ce Québécois.

Vous comprendrez des subtilités comme celles de la médecine de Mc Gill et celle de l'U de M.

Vous comprendrez le combat qui consiste à être ostracisé lorsqu'on dénonce les demi civilisés du Québec.

Je vous conseille donc d'agir avec grande discrétion à cause du milieux dans lequel vous bossez.

Encore, votre page montre un lien au sujet de Fabrikant qui envoie en discipline des médecins. Curieusement, ce fou furieux ayant consulté Mailloux n'a pas fait de plainte contre Mailloux...

Cordialement.

J-F B.

PS: J'avais lu votre texte mais ne le retrouvait plus.